BFMTV

Attentat sanglant dans une église du Caire: l'Egypte accuse les Frères musulmans

L'église copte orthodoxe du Caire où l'explosion a eu lieu.

L'église copte orthodoxe du Caire où l'explosion a eu lieu. - AFP

L'Egypte accuse les Frères musulmans d'avoir financé les auteurs de l'attentat sanglant contre l'église copte du Caire, qui a fait 25 victimes.

Le ministère de l'Intérieur égyptien a accusé ce lundi les dirigeants des Frères musulmans établis au Qatar d'avoir entraîné et financé les auteurs de l'attentat contre une église du Caire qui a fait 25 morts. 

Les Frères musulmans ont nié toute implication dans cette attaque perpétrée dimanche dans l'église Saint-Pierre et Saint-Paul contiguë à la cathédrale copte Saint-Marc, siège du pape Tawadros II. 

Cet attentat, qui n'a toujours pas été revendiqué, est celui qui a fait le plus grand nombre de morts au sein de la communauté copte égyptienne.

Le kamikaze assurait la sécurité des convois des Frères musulmans 

"Son auteur est Mahmoud Chafiq Mohamed Mostafa, 22 ans, qui s'est fait exploser avec une ceinture explosive", a affirmé lundi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Le kamizaze avait été arrêté en 2014 alors qu'il assurait la sécurité des convois des Frères musulmans. Il avait été remis en liberté la même année, selon le communiqué du ministère de l'Intérieur.

Depuis, il était recherché dans le cadre de deux autres dossiers, datant de 2015 et en lien avec des groupes fondamentalistes musulmans, a indiqué la même source. Le test ADN réalisé à partir des parties du corps du kamikaze a permis de l'identifier, a affirmé le ministère.

Quatre suspects arrêtés

Au cours de l'enquête, deux ceintures explosives prêtes à exploser ainsi que des produits permettant la fabrication d'engins explosifs ont été retrouvés dans une planque de Mahmoud Chafiq Mohamed Mostafa et son groupe.

Le ministère de l'Intérieur a également donné les identités des quatre personnes, trois hommes et une femme, arrêtées dans le cadre de l'enquête. Ils seront présentés à la sûreté de l'État égyptien.

Les autorités continuent de rechercher d'autres suspects, selon le communiqué. Parmi eux, un homme surnommé "Le Docteur", qui dirigeait le groupe. 

A.Mi avec AFP