BFMTV

Visite historique du président birman à Washington

Le président Thein Sein, ancien Premier ministre de la junte militaire, a été élu président en 2011.

Le président Thein Sein, ancien Premier ministre de la junte militaire, a été élu président en 2011. - -

La rencontre est historique. Aucun président américain n'avait reçu de dirigeant birman depuis 1966. La Maison Blanche veut saluer les réformes démocratiques engagées dans le pays.

C'est une visite historique. Le président birman, Thein Sein, se rend ce lundi à Washington où il doit être accueilli à la Maison Blanche par Barack Obama. Objectif de la rencontre: afficher publiquement le soutien des États-Unis aux réformes démocratiques engagées en Birmanie.

Une rencontre doit avoir lieu dans le bureau ovale puis Thein Sein prononcera un discours devant des chefs d'entreprise à la Chambre de commerce américaine.

Depuis 1966 et la rencontre entre Ne Win et Lyndon Johnson, aucun dirigeant birman n'a été officiellement reçu à Washington.

Des réformes démocratiques engagées

Thein Sein, ancien Premier ministre de la junte militaire, est devenu chef de l'Etat en 2011. Il a permis à l'opposante au régime Aung San Suu Kyi d'entrer au Parlement.

Il a également libéré des centaines de prisonniers politiques, vingt d'entre eux sont sortis de prison la semaine dernière. Mais les ONG considèrent qu'ils en reste toujours plus de 200 dans les geôles birmanes. Mais, pour Zaw Htay, directeur de cabinet du président, la Birmanie ne fera jamais marche arrière. "Notre 'printemps birman' est plus concret que la vague du 'printemps arabe', a-t-il dit. Ce printemps représente les valeurs que les Etats-Unis véhiculent à travers le monde."

Le président birman souhaite appeler à la levée des sanctions contre son pays que Washington a déjà largement suspendues.

Des critiques et une manifestation

Cette visite est jugée prématurée par des associations alors que des violences communautaires entre bouddhistes et musulmans ont fait plusieurs dizaines de morts en mars dernier.

Une manifestation à l'appel de l'ONG US Campaign for Burma doit avoir lieu devant la Maison Blanche pour attirer l'attention sur le sort des Rohingyas, victimes d'une "campagne de nettoyage ethnique" selon un rapport de l'ONG Human Rights Watch.

À LIRE AUSSI

>> Birmanie : 40 morts dans les violences communautaires

>> Birmanie : les Etats-Unis inquiets des violences communautaires
>> Aung San Suu Kyi réélue à la tête de son parti