BFMTV

Séisme au Népal: vidéos aériennes des trésors architecturaux détruits à Katmandou

Frappée par un séisme de magnitude 7,8, Katmandou, la capitale du Népal, est en partie détruite.

Frappée par un séisme de magnitude 7,8, Katmandou, la capitale du Népal, est en partie détruite. - PRAKASH MATHEMA / AFP

VIDEOCARTE - Plus de 5.000 morts et 8 millions de personnes affectées. Le séisme qui a frappé samedi 25 avril le Népal a provoqué une catastrophe humanitaire majeure mais aussi culturelle. Les dégâts sont considérables, notamment à Katmandou, la capitale du pays. Les joyaux architecturaux historiques sont en partie détruits.

Des ruines à perte de vue. Des corps sous les décombres. Katmandou, la capitale du Népal, a été dramatiquement frappée par le violent séisme du samedi 25 avril. A l’heure où les autorités népalaises continuent de compter le nombre de victimes, cela peut paraître anecdotique… Mais ce drame humain se double d’une grande perte pour le patrimoine mondial architectural. Palais, tours, statues et temples: le patrimoine historique de Katmandou est en partie détruit.

Des monuments classés au patrimoine mondial de l’Unesco

Des briques et des planches sur la chaussée. Plusieurs bâtiments de la place Durbar se sont effondrés sur eux-mêmes. Le site, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, avait été érigé entre les 12e et 18e siècles. Choqués, les internautes népalais ont été nombreux à réagir à la vue de ces ruines: "La place Durbar n’est plus. Probablement emblématique de la tragédie qui frappe le Népal aujourd’hui", a par exemple twitté un habitant.

La tour de Dharahara, elle non plus, n’a pas été épargnée par le séisme. Edifiée en 1832, elle avait déjà été détruite par un autre tremblement de terre en 1934, avant d’être reconstruite. Le sort s’acharne puisque les neuf étages de l’édifice n’ont pas résisté au séisme. De cette structure de 50 mètres dédiée au dieu Shiva, il ne reste que le socle.

Les temples Trailokya Mohan Narayan et de Swayambunath n’ont pas non plus été épargnés par le puissant tremblement de terre. La disparition de ces attractions touristiques majeures aura des conséquences touristiques sur le long terme. Une difficulté de plus pour un pays à terre.

Jérôme Morin