BFMTV

Séisme au Népal: près de 1.200 morts, le centre historique de Katmandou dévasté

Sous la violence des secousses, la tour historique de Dharhara s'est effondrée à Katmandou.

Sous la violence des secousses, la tour historique de Dharhara s'est effondrée à Katmandou. - AFP

Un puissant séisme de magnitude 7,9 a ébranlé samedi le Népal, selon l'Institut américain de géophysique (USGS), et de fortes secousses ont été ressenties dans ce pays himalayen et dans certaines régions d'Inde. La France s'est déclarée prête à porter assistance et a ouvert une cellule de crise.

Sous la violence du choc, la tour historique de Dharhara s'est effondrée, comme un château de cartes, à Katmandou. Le puissant séisme de magnitude 7,8 a fait près de 1.200 morts, selon un bilan encore provisoire publié samedi soir, et provoqué d'importantes destructions au Népal. De violentes secousses ont ébranlé aussi certaines régions du nord de l'Inde, en Chine et du Bangladesh.

"Le bilan a atteint 1.170 tués", a annoncé en fin de journée à l'AFP le porte-parole de la police népalaise Kamal Singh Bam. Plusieurs dizaines de personnes seraient mortes en Inde et en Chine.

Le bilan des morts au Népal devrait être beaucoup plus lourd et les agences humanitaires sur place avaient du mal samedi soir à évaluer l'ampleur des destructions et des besoins. "On essaie d'évaluer l'ampleur de la catastrophe", a confié à l'AFP un responsable de l'ONG Médecins du Monde.

Le centre historique de Katmandou ravagé

Le tremblement de terre s'est produit à 77 kilomètres au nord-ouest de Katmandou. Des habitants pris de panique se sont rués dans la rue au moment du séisme qui s'est produit à l'heure du déjeuner, vers midi, et des bâtiments se sont effondrés à travers la ville.

Un socle décapité, un nuage de poussière, des corps enfouis sous les décombres: les ruines de la grande tour Dharhara, monument du 19ème siècle, étaient samedi à l'image du centre historique de Katmandou. Dans l'après-midi, la population et la police creusaient à mains nues la poussière et fouillaient les monticules de briques pour essayer désespérément d'en extraire des rescapés.

De couleur blanche et surmontée d'une flèche en bronze, Dharhara était particulièrement prisée des étrangers ainsi que des familles népalaises le week-end pour sa vue panoramique sur la vallée. L'édifice abritait un sanctuaire hindou dédié au dieu Shiva en son sommet.

Centre historique de Katmandou classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, la place Durbar, près de la tour, offrait le même spectacle de désolation, selon des images postées sur les réseaux sociaux. Plusieurs bâtiments s'étaient effondrés sur eux-mêmes, déversant un monceau de briques et de planches sur la chaussée.

Erigés par les rois Malla entre les 12ème et 18ème siècles, les édifices de la place Durbar constituent "une symbiose unique de l'hindouisme, du bouddhisme et du tantrisme", explique le site de l'UNESCO.

"La place Durbar n'est plus. Probablement emblématique de la tragédie qui frappe le Népal aujourd'hui", a ainsi twitté @kashishds:

Des alpinistes sur le mont Everest victimes d'une avalanche

Sur le mont Everest, "une avalanche du Mont Pumori a frappé le camp de base et en a enseveli une partie", a indiqué Gyanendra Kumar Shrestha, un responsable de l'office du tourisme népalais. Cette avalanche a fait dix morts "y compris des grimpeurs étrangers" dans le camp de base où se trouvaient plus de 1.000 personnes, a-t-il ensuite annoncé.

La magnitude du séisme initialement évaluée à 7,5 a été ensuite revue à la hausse à 7,8, avec une profondeur de 15 km, selon l'USGS. Le tremblement de terre a frappé à 68 km à l'est de la ville touristique de Pokhara.

La France ouvre une cellule de crise

Le président François Hollande a déclaré samedi que la France était prête à "répondre aux demandes de secours et d'assistance" que le Népal pourrait lui adresser.

Dans un communiqué publié par l'Elysée, le chef de l'Etat indique que le Quai d'Orsay "a activé une cellule de crise, joignable au +33 (0)1 43 17 56 46, pour répondre aux demandes concernant les Français se trouvant dans la zone du séisme".

François Hollande a également exprimé "la solidarité de la France aux autorités et au peuple népalais".

Séisme ressenti en Inde, au Bangladesh et en Chine

L'impact du séisme a été ressenti dans de larges zones du nord de l'Inde, a confirmé Laxman Singh Rathore, directeur général du département météorologique indien, qui a appelé la population à prendre garde aux répliques. Selon lui une deuxième secousse de magnitude 6,6 a été enregistrée après la première.

Au moins 26 personnes sont mortes en Inde, notamment dans l'Etat oriental du Bihar. Selon l'agence officielle Chine Nouvelle, deux personnes dont une femme de 83 ans sont mortes dans le tremblement de terre au Tibet.

Le séisme a également été ressenti dans de larges régions du Bangladesh, provoquant des scènes de panique dans les rues de la capitale, Dacca, où les habitants se sont précipités dans la rue.

En 2011, un tremblement de terre de magnitude 6,9 avait ébranlé le nord-est de l'Inde, secouant le Népal, et faisant 110 morts.

la rédaction avec AFP