BFMTV

Syrie: Poutine "ne considère pas opportun actuellement" de reprendre les frappes aériennes à Alep

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine - AFP

Une main tendue vers la coalition internationale? Le président russe, Vladimir Poutine, "ne considère pas opportun actuellement" de reprendre les frappes aériennes à Alep comme l'a demandé l'état-major russe. Il estime ainsi "nécessaire de prolonger la pause humanitaire" dans cette ville syrienne, a annoncé vendredi le Kremlin.

En assurant devant des journalistes l'avis du président russe, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, a précisé toutefois que "si nécessaire, la Russie se réserve le droit de recourir à tous les moyens dont elle dispose" pour soutenir les forces du régime syrien.

Une attaque du régime contre une école

Vendredi, l'armée russe a annoncé vendredi avoir demandé à Vladimir Poutine l'autorisation de reprendre les frappes aériennes à Alep, après une pause de dix jours, face à l'offensive des rebelles contre les forces du régime dans cette ville de Syrie.

"A un moment où les civils continuent d'être tués et les rebelles ont repris les combats contre les forces gouvernementales, nous avons demandé au commandant en chef suprême des forces armées russes de reprendre les frappes aériennes (...) à Alep-est", a déclaré le général Sergueï Roudskoï, de l'état-major russe, au cours d'un briefing.

Ces annonces interviennent alors qu'une attaque contre une école s'est produite dans la partie ouest d'Alep. Cette attaque, qui a tué des enfants, "peut être considérée comme un crime de guerre si elle est délibérée", condamné le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. "Les responsables de tels actes doivent être traduits en justice", a-t-il affirmé.
J.C. avec AFP