BFMTV

Pour Poutine, la Coupe du monde a permis de "détruire les mythes et préjugés" sur la Russie

Le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine

Le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine - Alexey NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP

Lors d'un discours tenu ce samedi, le président russe s'est félicité de la réussite de l'organisation du mondial qui, selon lui, a permis à l'opinion publique internationale de découvrir la Russie sous un angle nouveau et positif.

Opération séduction réussie pour la Russie. Le président russe s'exprimait samedi 14 juillet lors d'une soirée de gala organisée au célèbre théâtre du Bolchoï à Moscou, à la veille de la finale de la Coupe du monde opposant la France et la Croatie. Alors que de nombreux observateurs étrangers craignaient que des incidents émaillent la compétition, Vladimir Poutine s'est félicité de la réussite d'un événement "grandiose".

Dans son discours au Bolchoï, le président russe a exprimé sa reconnaissance envers les "millions d'opinions positives exprimées par les invités du tournoi" à propos de la Russie, et s'est dit heureux qu'ils aient apprécié "l'hospitalité, la nature, la culture et les traditions" de ce "grand pays", avant d'ajouter qu'il se félicitait du fait que les supporters aient vu "avec leurs propres yeux" son pays, et que "les mythes et préjugés aient volé en éclat".

Vendredi, Gianni Infantino, président de la Fifa, avait déjà qualifié lors d'une conférence de presse le championnat de "meilleure Coupe du monde de tous les temps". Il avait également tenu à remercier "le gouvernement russe, le président Poutine, le comité d'organisation local ainsi que la fédération russe de football", sans négliger "le peuple russe".

Ambiance festive et chaleureuse

En Russie, pendant un mois, des stades modernes et fonctionnels ont accueilli les centaines de milliers de visiteurs. Selon l'organisation, 630.000 Fans ID, sorte de passeport accompagnant les billets pour les matchs et faisant office de visa, ont été distribués.

Par ailleurs, aucun incident majeur n'a été à déplorer lors du mois qu'a duré la compétition, alors que l'on pouvait craindre le comportement des hooligans russes qui s'étaient fait remarquer lors d'affrontements avec les supporters anglais, en marge de l'Euro 2016 en France. Ils ont finalement été les grands absents de ce mondial.

Autre source d'inquiétude à l'international: le racisme et la répression politique, notamment concernant la question des droits de l'Homme et la situation des homosexuels dans le pays. Sur ces sujets, deux événements -tous deux assez peu relayés- auront marqué ce mondial: l'arrestation du militant gay britannique Peter Tatchell, qui prévoyait de manifester sur la place Rouge pour dénoncer "la torture d'homosexuels en Tchétchénie", et l'emprisonnement du réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, au terme d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International.

Afin de faire durer cet état de grâce, le président russe Vladimir Poutine a fait état samedi de l'ouverture prochaine de procédures facilitées pour l'obtention des visas à destination de son pays. Il a ainsi déclaré nécessaire que les fans ayant "à plusieurs reprises exprimé leur volonté" de revisiter la Russie puissent profiter d'un régime de visa "le plus confortable possible". Il souhaite leur donner "la possibilité d'approfondir leur connaissance" de la Russie, qu'il décrit comme un pays "à visages multiples, unique et gigantesque".

L.D., avec AFP