BFMTV

Greenpeace inquiet pour le sort de ses militants en Russie

Une dizaine de militants de Greenpeace manifestent à Paris devant le siège de Gazprom pour la libération des militants Greenpeace en Russie

Une dizaine de militants de Greenpeace manifestent à Paris devant le siège de Gazprom pour la libération des militants Greenpeace en Russie - -

Les militants de Greenpeace capturés dans l'Arctique devraient tomber sous le coup de nouvelles inculpations lancées par les autorités russes.

La situation des militants de Greenpeace, capturés par les autorités russes en Arctique, pourrait encore se tendre. La Russie a ouvert une enquête afin "d'identifier les individus qui ont volontairement éperonné les embarcations des garde-côtes, portant ainsi atteinte à la vie et à la santé de représentants de la force publique", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du comité d'enquête, Vladimir Markine.

Le navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise, avait été arraisonné en mer de Barents (Arctique) après que des membres de l'équipage, équipés de canots pneumatiques, avaient tenté d'aborder une plateforme pétrolière russe pour l'escalader et y implanter une banderole dénonçant les risques écologiques.

Pour décourager les militants, les autorités russes avaient eu recours à des tirs de semonce.

Le directeur de Greenpeace International veut rencontrer Poutine

Inquiet du sort des militants écologistes retenus en Russie, le directeur exécutif de Greenpeace International, Kumi Naidoo, a demandé à rencontrer le président russe Vladimir Poutine, pour plaider leur cause.

"Cher président Poutine, je demande une rencontre d'urgence avec vous", a écrit M. Naidoo dans une lettre déposée mercredi à l'ambassade de Russie à La Haye, aux Pays-Bas, selon un communiqué de Greenpeace.

Il s'est notamment dit prêt à se rendre en Russie "le plus vite possible" pour se porter "garant du bon comportement des militants de Greenpeace, s'ils sont libérés sous caution".

Inculpés pour détention de stupéfiants

"Il est clair que certaines personnes impliquées vont être inculpées pour d'autres crimes graves", a déclaré le comité d'enquête à l'encontre des membres de l'équipage du navire de l'ONG. Les enquêteurs russes affirment y avoir trouvé des stupéfiants.

Avec cette déclaration, la Russie sort les griffes afin de décourager toutes nouvelles velléités d'actions contre elle.

S. N. avec AFP