BFMTV

Japon: alerte au tsunami levée après un puissant séisme au large du pays

Une modélisation du séisme qui a eu lieu samedi 20 mars 2021 au large du Japon

Une modélisation du séisme qui a eu lieu samedi 20 mars 2021 au large du Japon - UN_NERV

Un séisme de 7,2 sur l'echelle de Richter a eu lieu au large de la préfecture de Miyagi, à une profondeur de 60 km.

Un puissant séisme sous-marin s'est produit samedi près de la côte nord-est du Japon, mais sans victimes ou dégâts matériels signalés dans l'immédiat, et un avertissement au tsunami a été levé. Le tremblement de terre, d'une magnitude révisée par l'Agence météorologique japonaise (JMA) à 6,9 contre 7,2 initialement, s'est produit à 18h09 (10h09 en France) à une profondeur d'environ 60 kilomètres sous l'océan Pacifique et en face du département de Miyagi.

La JMA avait d'abord émis un avertissement au tsunami, mais les vagues causées par le séisme n'ont atteint qu'un mètre environ.

Une alerte levée au bout d'une heure

Cette alerte a par conséquent été levée au bout d'un peu plus d'une heure, mettant ainsi fin aux mesures d'évacuation qui concernaient des milliers de foyers. Les fournisseurs d'électricité et l'Autorité de sûreté nucléaire japonaise (NRA) ont déclaré qu'aucun dégât n'avait été constaté dans les centrales nucléaires de la zone.

Le trafic ferroviaire dans la zone a néanmoins été suspendu, y compris pour les trains à grande vitesse Shinkansen.

Selon la JMA, il s'agit d'une nouvelle réplique du séisme de magnitude 9,0 du 11 mars 2011, qui avait provoqué un gigantesque et très meurtrier tsunami, lequel avait lui-même déclenché la catastrophe nucléaire de Fukushima.

"Je me suis rappelé ce jour d'il y a dix ans", a confié samedi à la chaîne de télévision publique NHK un habitant de la ville côtière d'Ishinomaki, dans le département de Miyagi, qui s'était réfugié sur une hauteur après l'avertissement au tsunami. "En raison de notre expérience de ce jour-là, j'ai évacué rapidement. Mon coeur bat fort", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons reçu aucun signalement de dégâts ou de blessures (...) mais nous continuons à collecter des informations", a déclaré Takashi Yokota, un membre du bureau de gestion des désastres de Miyagi.

Des séismes quasi-quotidiens

Le nord-est du Japon avait déjà été secoué mi-février par un séisme sous-marin de magnitude 7,3 qui n'avait pas causé de tsunami. Il s'agissait aussi d'une réplique de la terrible secousse d'il y a dix ans.

Le séisme du mois février avait fait un mort et une centaine de blessés, et les dégâts matériels avaient été limités.

Situé au carrefour de plusieurs grandes plaques tectoniques, le Japon est quasi quotidiennement touché par des tremblements de terre. Mais le pays a de strictes normes de construction pour que ses bâtiments soient capables de résister à de fortes secousses.

Jé. M. avec AFP