BFMTV

Indonésie: un ex-condamné va pouvoir rentrer en France

Michaël Blanc à Jakarta après sa libération en 2014

Michaël Blanc à Jakarta après sa libération en 2014 - ROMEO GACAD / AFP

Michaël Blanc avait été condamné à la prison à perpétuité pour trafic de drogue, avant de voir sa peine réduite à 20 ans et d'être libéré sous contrôle judiciaire jusqu'à la fin de celle-ci.

Arrêté en 1999 à Bali en possession de drogue et condamné à une lourde peine de prison, Michaël Blanc va pouvoir rentrer en France à partir de samedi. Originaire de Haute-Savoie, ce cuisinier avait été arrêté à l'aéroport international de Bali (une île d'Indonésie) avec 3,8 kilos de haschisch dans des bouteilles de plongée.

Il avait alors été condamné à la prison à perpétuité, alors qu'il risquait la peine de mort dans ce pays dont la législation antidrogue est parmi les plus sévères au monde. Sa peine avait toutefois été commuée en 20 ans d'emprisonnement par une grâce présidentielle de 2009, et il avait été libéré en 2014 sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire indonésien avant la fin de sa peine et une année supplémentaire, soit ce samedi 21 juillet.

"Heureux" et "très impatient de partir"

Michaël Blanc est tenu à une obligation de réserve jusqu'à la fin de son contrôle judiciaire. Dans une interview publiée mercredi dans Le Parisien, sa mère Hélène Le Touzey déclare qu'il est "heureux et surtout très impatient de partir" avant d'ajouter qu'il est "bien déterminé à refaire sa vie".

"Nous arrivons enfin au bout de cette longue attente. Il reste encore quelques démarches administratives avant de monter dans l'avion" déclare-t-elle, indiquant que "la date du retour est encore floue". Elle était partie vivre en Indonésie en 2000 afin de soutenir son fils, et est depuis devenue conseillère consulaire sur place, venant en aide aux Français en difficulté dans le pays.

Deux autres Français sont actuellement détenus en Indonésie pour trafic de drogue: Gérard Debetz, également condamné à la prison à perpétuité, et Serge Atlaoui, condamné à la peine de mort. De nombreux étrangers sont dans le couloir de la mort en Indonésie, mais aucune exécution n'a eu lieu depuis deux ans.

L.D., avec AFP