BFMTV

Qui sont les Sentinelles, ce peuple isolé des îles Andaman qui refuse tout contact avec la civilisation?

Une photo prise depuis un hélicoptère par un garde-côte indien, lors du tsunami de 2004, montre un membre du peuple Sentinelle en train de le viser avec son arc.

Une photo prise depuis un hélicoptère par un garde-côte indien, lors du tsunami de 2004, montre un membre du peuple Sentinelle en train de le viser avec son arc. - Survival International - Indian coast Guard - AFP

Le 16 novembre dernier, un touriste américain a été tué par des membres de ce peuple de chasseurs-cueilleurs qui vit totalement à l'écart du monde moderne, alors qu'il venait d'arriver illégalement sur l'île interdite de North Sentinel. Ses habitants s'attaquent à quiconque tente de s'approcher de leur territoire.

Le peuple des Sentinelles, qui vit totalement coupé du monde au milieu de la mer d'Andaman, se retrouve subitement sous les projecteurs. Le 16 novembre dernier, un touriste américain de 27 ans, John Allen Chau, a été tué par une flèche, alors qu'il voulait entrer en contact avec ce peuple autochtone de chasseurs-cueilleurs, qui vit sur la petite île de North Sentinel, dans l'archipel des îles Andaman.

Un peuple totalement isolé

Cette communauté reste très méconnue des scientifiques. Le peuple des Sentinelles, le plus isolé de la planète, cultive en effet depuis des siècles son existence en totale autarcie, refusant tout contact avec la civilisation moderne, à laquelle il est particulièrement hostile. 

Le nombre exact de membres des Sentinelles est lui aussi inconnu, certains spécialistes l'estimant à 150. Mais selon le recensement de 2011 de la population indienne, ils ne seraient plus que 15. Faute de contact direct, la statistique exacte reste en effet très difficile à établir.

D'après l'ONG Survival International, qui s'attache à défendre les populations indigènes, les Sentinelles, qui parlent leur propre langue, seraient venus d'Afrique et se seraient installés sur l'île il y a environ 60.000 ans. Mais toutes les tentatives d'approches de l'histoire moderne se sont soldées par des échecs. 

Plusieurs tentatives de contact

La première remonte à la fin du 19e siècle, lorsque les Britanniques avaient entrepris de se rendre sur l'île pour capturer des habitants et de les emmener sur une île voisine, dans le but d'établir le contact. L'expédition s'acheva par la mort de deux des captifs, et la Grande-Bretagne abandonna l'idée de s'intéresser à ce peuple. 

Plusieurs autres missions ont été menées durant la seconde moitié du 20e siècle par le gouvernement indien, des anthropologues, et des reporters. Mais à chaque fois qu'un bateau s'est approché de leurs plages, les Sentinelles se sont cachées dans la jungle ou ont attaqué leurs visiteurs à l'aide de flèches. Après une succession d'échecs, l'Inde a officiellement renoncé à atteindre ce peuple dans les années 1990.

En 2004, l'histoire des Sentinelles avait fait le tour du monde à l'occasion d'une photographie emblématique réalisée peu après le tsunami survenu dans l'Océan Indien. Les gardes-côtes indiens avaient alors survolé l'île pour savoir si les autochtones avaient survécu à la catastrophe. Pris du ciel, le cliché montrait un homme essayant d'abattre leur hélicoptère à l'aide d'un arc et de flèches.

L'accès à l'île rigoureusement interdit

L'accès à North Sentinel est d'ailleurs interdit par l'Etat indien, qui dissuade quiconque d'approcher à moins de cinq kilomètres les côtes de l'île. Selon CNN, cette mesure de New Delhi vise à préserver le peuple des Sentinelles et son mode de vie ancestral, mais aussi à empêcher toute contamination de ces individus, qui du fait de leur isolement ne possèdent aucune immunité contre les maladies. L'infection de l'un de ses membres risquerait en effet d'éradiquer toute la tribu. Les autorités indiennes s'assurent occasionnellement de la bonne santé des Sentinelles en observant la rive à distance, à partir d'un bateau.

Ignorant la mise en garde, John Allen Chau avait pu se rendre sur place en payant des pêcheurs pour le transporter jusqu'à cet îlot. Mais à peine le pied posé sur la terre ferme, le jeune homme a été encerclé et tué par des membres de la tribu, en recevant une volée de flèches. Un sort déjà réservé à deux pêcheurs indiens malchanceux en 2006: les Sentinelles les avaient tués alors que leur bateau avait dérivé pendant leur sommeil jusqu'au rivage de North Sentinel.

Adrienne Sigel