BFMTV

Crise des migrants: 139 fosses, 28 camps de détention découverts en Malaisie

La police renforce ses contrôles à la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande, après la découverte de 139 fosses.

La police renforce ses contrôles à la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande, après la découverte de 139 fosses. - Mohd Rasfan - AFP

La police n'a pas encore estimé le nombre de corps retrouvés dans les fosses. Jusqu'à présent, le gouvernement niait que ce genre de camps existait en Malaisie, alors que la frontière entre le pays et la Thaïlande est un passage de migration très important.

Cent trente-neuf fosses et 28 camps créés par des trafiquants d'êtres humans ont été découverts dans une région reculée de Malaisie frontalière avec la Thaïlande, a déclaré lundi un haut responsable de la police. Les autorités "ont découvert 139 tombes présumées. Elles ne savent pas combien de corps contient chacune des tombes", a dit le chef de la police nationale malaisienne, Khalid Abu Bakar. Le plus grand des camps découverts par les autorités aurait pu contenir jusqu'à 300 personnes, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre malaisien Najib Razak a dit lundi être "profondément préoccupé" par la découverte pour la première fois en Malaisie de fosses communes susceptibles de renfermer les dépouilles de migrants et a promis de mettre la main sur les responsables. "Je suis profondément préoccupé par les fosses communes découvertes sur le sol malaisien, sans doute en lien avec le trafic d'êtres humains", a-t-il écrit sur ses comptes Facebook et Twitter. "Nous trouverons les responsables", a-t-il ajouté.

Un désaveu pour le gouvernement

Mais il semblerait d'ores et déjà que les fosses et le vaste réseau de camps mis en place par les trafiquants soient plus importants que ceux découverts début mai par la police thaïlandaise. C'est après cette découverte que la Thaïlande avait décidé de sévir contre la traite d'être humains, ce qui avait désorganisé les filières.

Pour l'instant, les autorités thaïlandaises ont fait état de la découverte de cinq camps dissimulés dans la jungle du sud du pays et de 35 corps. Ces découvertes en Malaisie sont aussi le démenti irréfutable de ce que les autorités du pays ont répété maintes fois, à savoir qu'il n'y avait pas de tels charniers ou camps de migrants sur leur territoire.

La rédaction avec AFP