BFMTV

Crash à Taïwan: Jéromine et Pénélope n'avaient que 23 ans

L'avion s'est écrasé sur des habitations, non loin de l'aéroport de l'île de Penghu.

L'avion s'est écrasé sur des habitations, non loin de l'aéroport de l'île de Penghu. - -

Les deux victimes françaises de l'accident d'avion de la TransAsia Airways qui a fait 48 morts mercredi étaient étudiantes en médecine à Lille. Elles s'apprêtaient à revenir en France après un stage hospitalier à Taïwan.

Sur une photo publiée l'an dernier sur Facebook, Jéromine et Pénélope ont le visage dévoré par un immense sourire. Les deux amies sont sur un petit bateau en Espagne, et leurs rires semblent presque audibles. Leur dernier voyage s'est achevé mercredi, au large de Taïwan, dans le crash du vol GE222 de la compagnie TransAsia Airways.

Toutes deux n'avaient que 23 ans. Etudiantes en quatrième année de médecine à Lille, Jéromine et Pénélope venaient d'effectuer un stage hospitaliser du 9 juin au 18 juillet à Taïwan, dans le cadre de leur externat. Avant de regagner la France pour leur prochain stage hospitalier, au début du mois d'août, elles avaient décidé de visiter le pays durant quelques jours.

Ce vol régional, qui transportait 58 personnes, devait les conduire sur l'île isolée mais touristique de Penghu, au large de Taïwan, bordée de plages au sable blanc et de villages de pêcheurs. L'avion s'est écrasé non loin de l'aéroport, lors d'une seconde tentative d'atterrissage, balayé par des pluies et des vents violents. Dix personnes seulement ont survécu.

"Ma fille avait tout pour elle"

Dans la ville du Touquet-Paris-Plage, dans le Pas-de-Calais, d'où était originaire Pénélope, les habitants sont sous le choc, rapporte La Voix du Nord. Ici, tout le monde connaissait cette famille, même si les parents avaient déménagé il y a deux ans en Espagne. Le père de famille, Jean-François, n'a confié que quelques mots au quotidien régional. "C'est une chic fille... Elle avait tout pour elle."

Le député-maire de la commune, Daniel Fasquelle, a réagi avec émotion à ce drame. "Leur disparition est un drame épouvantable, particulièrement cruel et injuste. Pénélople a grandi au Touquet, elle avait fait le choix de consacrer sa vie aux autres, et voulait s'occuper des enfants malades", confie l'homme politique, avant d'assurer la famille de son "soutien".

La faculté catholique de Lille, où les jeunes filles étudiaient, a également fait part de son choc. Une cellule psychologique va être mise en place pour les étudiants.

Alexandra Gonzalez