BFMTV

Un youtubeur anglais accusé de propagande pour ses vidéos de vacances en Corée du Nord

Louis Cole a passé sept jours en Corée du Nord et a filmé son voyage

Louis Cole a passé sept jours en Corée du Nord et a filmé son voyage - Capture d'écran Youtube - Fun for Louis

Après plusieurs vidéos sur un voyage en Corée du Nord, le blogueur britannique Louis Cole a été accusé de servir la propagande locale. Il s'en est défendu, assurant qu'il n'est pas "payé par le gouvernement".

Pendant sept jours, Louis Cole a pu découvrir les principaux lieux touristiques de Corée du Nord. Ce blogueur britannique aux 1,8 million d'abonnés a pu filmer très librement ses excursions, offrant un résultat loin des images sortant habituellement du pays. Dans ses sept vidéos, publiées sur sa chaîne "Fun for Louis" à partir du 10 août, on le voit surfer, faire du skate, jouer avec des enfants ou encore aller au parc aquatique. Les moments passés au restaurant, avec des tables bien fournies, sont aussi nombreux. 

"Le sable a l'air bien"

Dans ses vidéos, Louis Cole n'évoque ni le contexte humanitaire ni politique du pays. En 2015, 18 millions de personnes se trouvaient en insécurité alimentaire en Corée du Nord, sept millions n'avaient pas accès à une eau propre ou des sanitaires corrects, selon l'AFP.

Arrivés dans une chambre d'hôtel, Louis Cole et ses acolytes découvrent avec surprise qu'il n'y a pas d'eau courante. Pour pouvoir se laver, la baignoire a été remplie d'eau froide et une poubelle en plastique contient de l'eau chaude. "Je ne sais pas ce qu'il se passe", commente le blogueur, "on est confus".

Mais très vite, il se résout à aller s'informer sur la situation de la plage pour savoir s'il pourra surfer. Arrivé sur cette plage, il désigne au loin "une zone militaire", avant de revenir à l'essentiel: "Le sable à l'air bien". 

Les internautes s'interrogent dans les commentaires de cette vidéo: "C'est plutôt difficile d'ignorer les violations des droits de l'Homme en Corée du Nord", "supporter cette propagande est horrible", "pendant ce temps-là dans les cellules nord-coréennes...". 

Louis Cole n'est "pas un journaliste d'investigation"

Les médias anglo-saxons se saisissent rapidement du sujet. Le 16 août VanityFair remarque que "de nombreuses choses étranges se produisent sur Youtube". The Washington Times estime que la Corée du Nord "enrôle la star britannique de Youtube pour des vidéos de propagande", 

Le jeune homme a publié une vidéo dans laquelle il se défend de toute accusation de propagande. 

"Je ne suis pas payé par le gouvernement nord-coréen, je ne suis pas d'accord avec leur politique (...). Je recherche des choses positives, je ne suis pas un journaliste d'investigation, je ne fais pas de commentaire politique". 

Interrogé par Mashable, Phil Robertson, le directeur adjoint de la section Asie de Human Rights Watch, estime que "le plus étonnant c'est que Louis Cole pense avec arrogance que la petite visite guidée qu’il a faite lui donne le droit de critiquer les portraits 'négatifs' - d’après lui - des médias (...)". 

Les images de la Corée du Nord sont rares. Les visiteurs sont autorisés à utiliser leur propre téléphone depuis 2013, rappelle Francetv info. En mai dernier, un journaliste de la BBC a été interrogé pendant huit heures avant d'être expulsé. 

M.L.