BFMTV

A Fukushima, on croise les doigts pour que le courant revienne

Ces dernières heures, plusieurs hélicoptères ont effectué des largages d'eau sur deux réacteurs, en attendant un hypothétique retour de l'électricité à Fukushima.

Ces dernières heures, plusieurs hélicoptères ont effectué des largages d'eau sur deux réacteurs, en attendant un hypothétique retour de l'électricité à Fukushima. - -

Alors que le réacteur n°4 de la centrale japonaise de Fukushima était ce jeudi matin presque à sec d'eau, les ingénieurs ont un mince espoir d'arriver à rétablir l'électricité. Une vraie course contre la montre est engagée.

Les nouvelles de la centrale nucléaire de Fukushima n'étaient pas bonnes du tout, ce jeudi matin. Dans la soirée, les Américains ont révélé que la piscine qui abrite et refroidit le cœur du réacteur n°4 - qui n'a pas d'enceinte de confinement - était quasiment à sec d'eau. Résultat: la température et la radioactivité s'affolent. Selon les spécialistes, si aucun refroidissement alternatif n'est trouvé, des radiations équivalentes à celles de Tchernobyl commenceront à être émises d'ici vendredi soir. Des hélicoptères ont pu effectuer ces dernières heures quelques largages d'eau au dessus du site. Mais les 30.000 litres déversés ne pourront en aucun cas suffire. Pas plus que le camion-citerne équipé d'une lance à eau qui a été positionné devant la centrale.

Si l'électricité revient, les pompes reprennent du service

Cette nuit, les autorités japonaises ont annoncé que les ingénieurs avaient peut-être un espoir de rétablir l'alimentation électrique du site, coupée depuis le séisme de vendredi dernier. Cette absence de courant a entraîné la panne générale de tous les systèmes de refroidissement, et les accidents en série sur quatre réacteurs. Si le système parvenait à redémarrer, une partie des pompes acheminant des fluides de refroidissement reprendrait instantanément du service.
Interrogé sur RMC ce jeudi matin, le spécialiste du nucléaire Bruno Comby explique que « ça ne résoudra pas, bien sûr, le problème des fuites et des brèches sur les réacteurs entrainant la radioactivité. Mais ça aidera à le résoudre. C'est tout bête, mais avec de l'électricité, on peut travailler la nuit, on peut utiliser des outils plus puissants ».

La Rédaction