BFMTV

Angleterre: l'infirmière soupçonnée d'avoir tué huit bébés relâchée

Lucy Letby avait été arrêtée mardi dans le cadre d'une enquête sur la mort de 17 bébés, survenus entre mars 2015 et juin 2016.

Lucy Letby avait été arrêtée mardi dans le cadre d'une enquête sur la mort de 17 bébés, survenus entre mars 2015 et juin 2016. - Lindsey Parnaby / AFP

L'infirmière arrêtée mardi et soupçonnée d'avoir tué huit bébés et tenté d'en tuer six autres a été placée en liberté provisoire, a annoncé la police de Cheshire vendredi.

L'infirmière arrêtée mardi et soupçonnée d'avoir tué huit bébés et tenté d'en tuer six autres a été placée en liberté provisoire, "en attendant la suite de l'enquête", explique la police. Lucy Letby, 28 ans, infirmière au Countess of Chester Hospital, dans le nord-ouest de l'Angleterre, avait été arrêtée mardi dans le cadre d'une enquête sur la mort de 17 bébés et 15 malaises de bébés survenus entre mars 2015 et juin 2016 dans une unité néonatale de l'hôpital. Les enquêteurs ont fouillé son domicile et celui de ses parents.

Les investigations continuent

"Cette enquête a un impact énorme sur toutes les familles (concernées), le personnel et les patients de l'hôpital, ainsi que le public. Les parents de tous les bébés continuent d'être pleinement informés et sont soutenus durant cette épreuve par des officiers formés spécialement".

Mardi, Paul Hugues, inspecteur de police en charge de l'enquête, avait déclaré que l'arrestation de cette femme constituait "une étape importante" mais que "les investigations continuent". 

"C'est une période extrêmement difficile pour toutes les familles (...), il y a de nombreuses familles endeuillées qui cherchent des réponses sur ce qui est arrivé à leur enfant", a ajouté la police. 

Une enquête lancée en mai 2017

L'enquête avait été initialement lancée en mai 2017 sur la mort de 15 bébés entre juin 2015 et juin 2016, puis élargie à de nouveaux cas.

Selon un rapport publié en juillet 2016 par le Collège royal de pédiatrie et de santé infantile (RCPCH), des consultants en pédiatrie s'étaient inquiétés depuis juin 2015 d'un nombre plus élevé que d'habitude de décès dans le service, dont plusieurs étaient qualifiés d'"inexpliqués" ou "inattendus".

N.Ga., avec AFP