BFMTV

Toutes les poursuites abandonnées contre l'Américaine accusée d'homicide après une fausse couche

Photo d'illustration - AFP

Photo d'illustration - AFP - -

Marshae Jones, 27 ans, a fait une fausse couche fin juin car on lui a tiré dessus. Elle a pourtant été poursuivie par la justice de l'Alabama pour la mort de son fœtus, accusée de ne pas avoir suffisamment protégé son enfant. Mais la justice a finalement décidé d'abandonner les poursuites contre elle ce mercredi.

Une procureure a abandonné mercredi les poursuites contre une Américaine qui avait été inculpée d'homicide involontaire par la justice de l'Etat de l'Alabama pour la mort de son foetus au cours d'une fausse couche, causée par une blessure par balle.

Marshae Jones avait été blessée par une autre femme durant une bagarre en décembre, lors de laquelle elle avait reçu plusieurs balles dans l'abdomen, provoquant la mort du foetus de cinq mois.

Accusée d'avoir commencé la bagarre

Le chef de la police locale avait déclaré dans les médias que la jeune femme de 27 ans avait "commencé" et "alimenté la bagarre". Un grand jury avait inculpé Marshae Jones d'homicide involontaire et elle avait été placée en détention la semaine dernière.

Mercredi, la procureure locale Lynneice Washington a finalement décidé d'abandonner les poursuites. "Il n'y a aucun gagnant, que des perdants dans ce triste cas", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse citée par la presse locale.

"C'est la décision appropriée, à la fois pour notre cliente et pour l'Etat de l'Alabama", a réagi l'avocat de la jeune femme dans un communiqué.

La loi la plus répressive des États-Unis

L'Alabama a adopté en mai une loi interdisant l'avortement, même en cas de viol ou d'inceste, et l'assimilant à un homicide. Cette loi est censée entrer en vigueur en novembre mais elle devrait être bloquée par la justice d'ici là car elle enfreint la jurisprudence de la Cour suprême des Etats-Unis qui a légalisé l'avortement en 1973.

Le cas de Marshae Jones avait suscité l'indignation d'organisations de défense des droits humains. La puissante association de défense des droits civiques ACLU s'est félicitée du "refus" de la procureure de "poursuivre quand la loi et la justice réclament que les charges soient abandonnées". 

Outre l'Alabama, plusieurs Etats conservateurs du pays ont voté depuis le début de l'année des lois restreignant l'accès à l'avortement.

Jeanne Bulant avec AFP