BFMTV

Quand Obama s'interrogeait sur la victoire de Trump

Barack Obama le 1er novembre 2017.

Barack Obama le 1er novembre 2017. - Jim Young - AFP

Pendant les semaines qui ont suivi la victoire de Donald Trump, en novembre 2016, Barack Obama a exprimé toutes sortes de doutes sur son action menée pendant huit ans et celle des démocrates.

"Sommes-nous allés trop loin?". C'est ce que s'est demandé Barack Obama, dans les jours qui ont suivi l'élection de Donald Trump, fin 2016. Alors que l'homme d'affaires venait de remporter la présidentielle, et allait ainsi lui succéder en janvier 2017 à la Maison Blanche, l'ancien locataire du Bureau ovale était entré dans une véritable introspection. 

Dans ses mémoires The World as It Is ("Le monde comme il est"), à paraître la semaine prochaine, Ben Rhodes, un proche conseiller de Barack Obama, revient sur les huit ans passés à ses côtés à la Maison Blanche. Il raconte notamment ce questionnement engagé par l'ex-président des Etats-Unis, après la victoire du milliardaire et la défaite de la candidate démocrate, Hillary Clinton. 

"Et si nous avions eu tout faux?"

Dans son livre, Ben Rhodes raconte ainsi ce jour où Barack Obama, alors qu'il se trouvait dans un cortège de véhicules officiels à Lima, au Pérou, se posait de nombreuses questions sur le revers des démocrates, et la victoire improbable d'un novice en politique, rapporte le New York Times. "Et si nous avions eu tout faux?", s'était interrogé à voix haute le 44e président des Etats-Unis, dans sa limousine blindée.

Barack Obama venait de lire dans la presse une tribune qui expliquait la victoire de Donald Trump par le fait que les libéraux avaient oublié à quel point les Américains étaient attachés à leur identité, et avaient cherché à promouvoir un globalisme cosmopolite dans lequel beaucoup ne se reconnaissaient pas. "Peut-être sommes nous allés trop loin. Peut être que les gens veulent juste retourner dans leur tribu", avait-il commenté. 

"10 ou 20 ans d'avance"

Alors que ses assistants avaient cherché à le rassurer en lui disant qu'il aurait certainement gagné s'il avait pu se présenter une troisième fois, et que les générations futures avaient plus de choses en commun avec lui qu'avec Donald Trump, Barack Obama n'avait pas semblé convaincu.

"Des fois je me demande si je n'avais pas 10 ou 20 ans d'avance", avait-il simplement répondu. 

Selon Ben Rhodes, Barack Obama a connu toutes sortes de sentiments durant les semaines qui ont suivi ce fameux 8 novembre, passant de l'analyse de la situation à la colère. Mais l'ancien président a aussi beaucoup douté de lui-même, en se demandant s'il ne s'était pas trompé de jugement au sujet de sa propre influence sur l'histoire américaine. 

dossier :

Barack Obama

Adrienne Sigel