BFMTV

Michelle Obama qualifie de "surréaliste" la procédure de destitution contre Donald Trump

Michelle Obama le 29 octobre dernier à Chicago.

Michelle Obama le 29 octobre dernier à Chicago. - SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Michelle Obama, l'ancienne Première dame des États-Unis, a qualifié de "surréaliste" la procédure de destitution engagée contre le président américain. Donald Trump est soupçonné d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur son potentiel rival à l'élection présidentielle de 2020.

Dans une interview ce lundi, l'ancienne Première dame Michelle Obama s'est dite persuadée que les États-Unis réussiraient à traverser la crise politique actuelle, alors que le président Donald Trump est visé par une procédure de destitution. 

"C'est surréaliste. Je pense que les gens ne savent pas quoi en penser. Mais est-ce que nous allons nous en remettre? Mais oui", a-t-elle déclaré dans une interview accordée à la chaîne américaine NBC en direct du Vietnam, diffusée lundi.

Les démocrates ont ouvert une procédure de destitution contre Donald Trump après avoir appris qu'il avait demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020. L'opposition l'accuse d'avoir abusé de son pouvoir pour arriver à ses fins, notamment en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit armé avec la Russie.

"Nous devons y croire. Quel autre choix nous avons?"

En pleine période de mise en accusation historique, la Première dame a lancé un message d'espoir à ses concitoyens américains: "Nous avons connu des moments difficiles dans ce pays. Nous avons traversé des périodes de crise, des guerres, des bombardements, des attentats terroristes. Nous avons traversé les lois Jim Crow, et nous en sommes toujours ressortis plus forts".

"Et c'est ce en quoi nous devons continuer à croire, car quel autre choix nous avons? Nous rouler en boule dans un coin et fermer le rideau?", s'est interrogée Michelle Obama. "Ce ne serait pas juste envers la prochaine génération qui compte sur nous pour faire les choses bien". 

Après deux mois d'enquête en vue d'une éventuelle procédure de destitution de Donald Trump, les démocrates ont retenu ce mardi deux chefs d'accusation, "abus de pouvoir" et "entrave à la bonne marche du Congrès". Le président américain a jugé ces accusations "ridicules" et a dénoncé de nouveau une "chasse aux sorcières".

Jeanne Bulant