BFMTV

L'industrie du jeu vidéo vit-elle son mouvement #MeToo?

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

Cette semaine, une femme a raconté sur son blog avoir été violée par un grand nom de l'industrie du jeu vidéo. Poussant ainsi de nombreuses femmes à témoigner.

Deux ans après l’émergence du mouvement #MeToo dans le sillage de l’affaire Weinstein, l’industrie du jeu vidéo tremble. En quelques jours, plusieurs femmes ont révélé avoir été agressées sexuellement par des grands pontes du métier, raconte Vice

Nathalie Lawhead, conceptrice indépendante de jeux vidéo, fut la première à parler. Dans un long texte publié sur son blog lundi, la californienne accuse Jeremy Soule, compositeur très réputé pour avoir œuvré sur les bandes originales de The Elder Scrolls et Guild Wars, de l’avoir violée. Les faits remonteraient à 2008, époque à laquelle elle le considérait comme son "mentor". L’homme l’aurait agressée après qu’elle lui a confié ne vouloir qu’une relation amicale. Par peur pour sa carrière, elle avait choisi de se taire.

Une vague de témoignages 

Quelques heures après la publication de Nathalie Lawhead, une dénommée Adelaide Gardner explique avoir été impliquée dans une relation toxique en 2017 avec Luc Shelton, le programmateur de Splash Damage, au cours de laquelle il l'aurait violée. Elle avait déjà partagé son témoignage en 2018 mais il était passé inaperçu, ne récoltant qu’une dizaine de likes. Cette fois, ils se comptent en milliers.

Le lendemain, Autumn Rose Taylor accuse sur Twitter Michael Antonov, l’un des co-fondateurs de l’entreprise Oculus, spécialiste de la réalité virtuelle, de l’avoir agressée pendant une démonstration.

"J'ai été choqué de lire ça mais pas surpris"

Pour l'instant, le seul témoignage ayant conduit à des sanctions est celui de Zoë Quinn, développeuse et figure du jeu indépendant. En 2014, elle avait été victime d’une campagne de cyberharcèlement surnommée "le Gamergate", à la suite d'un article de blog publié par son ancien petit-ami qui l'accusait de l’avoir trompé avec plusieurs professionnels du jeu vidéo, dont un journaliste. Ces accusations s’étaient répandues sur les forums des sites américains 4chan et Reddit puis sur Twitter. 

Dans un tweet publié mardi, Zoë Quinn accuse Alec Holowka, co-créateur du jeu Night in the Woods, de l’avoir agressée sexuellement au début de sa carrière.

Plusieurs professionnels du secteur lui ont apporté leur soutien. Notamment Matt Thorson, développeur qui avait collaboré avec Alec Holowka. Dans un tweet, il explique avoir coupé les ponts avec lui "depuis des années. "Je crois et je soutiens Zoë. Malheureusement, d'après mon expérience avec Alec et celles d'autres personnes proches, j'ai été choqué de lire ça mais pas surpris."

Sur le compte Twitter officiel du jeu Night in The Woods qu'il avait co-créé, le scénariste et le directeur artistique ont annoncé - quelques heures après la publication du témoignage de Zoë Quinn - avoir mis un terme à leur collaboration avec Alec Holowka et annulé le jeu sur lequel il était en train de travailler. 

Pour l'heure, aucun homme accusé n’a publiquement réagi. Par ailleurs, aucune des victimes déclarées n'a annoncé avoir déposé plainte.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech