BFM Business

Test de l’Oculus Quest: le casque qui va démocratiser la réalité virtuelle?

-

- - BFMTV.com

Lancé par Oculus, filiale de Facebook, le Quest est un casque de réalité virtuelle nomade, qui propose une expérience très immersive. Le tout, pour un prix raisonnable.

Rendre la réalité virtuelle accessible à tous. Oculus, racheté en 2014 par Facebook, entend réaliser cet objectif avec un nouveau casque de réalité virtuelle autonome, l’Oculus Quest, que nous avons eu l’occasion de tester pendant une semaine. Contrairement au Rift S qui s’adresse davantage aux gamers (car il se branche sur un PC nécessairement très puissant), le Quest se destine au grand public. Les deux modèles partagent cependant le même tarif: 449 euros. Leur sortie est prévue pour le 21 mai.

Les forces de l'Oculus Quest

Confortable et léger

L’utilisation de l’Oculus Quest est assez intuitive. Pas besoin de le brancher à un ordinateur ou d’installer des capteurs externes aux quatre coins de la pièce: tous les composants sont intégrés dans le casque. Conçu pour être facilement transportable, le Quest est équipé de lanières en caoutchouc souples que l’on peut rabattre pour glisser l’appareil dans un sac.

Le casque se règle sur les côtés et sur le dessus du crâne. Même avec d’imposantes montures de lunettes, le Quest est agréable à porter et très léger (571 grammes). Nous avons même pu l'utiliser sans l’espacement pour lunettes en plastique, livré avec, qui peut s'intercaler entre le visage et le casque.

Oculus Quest
Oculus Quest © BFMTV.com
Oculus
Oculus © BFMTV.com
Une grande zone de jeu 

Avant de jouer, il faut faire de la place autour de soi et configurer le système Guardian. C’est-à-dire délimiter la zone de jeu (maximum 7,60 x 7,60 mètres, soit 57,76 m2) en pointant la manette sur le sol. Un bel espace dans lequel il est possible de se déplacer et dont les murs sont symbolisés à l'écran par des grilles virtuelles.

Il est par ailleurs possible de voir ce qui vous entoure (en noir et blanc) sans ôter le casque, simplement en sortant de la zone de jeu. Selon Oculus, cette fonction serait très pratique pour passer de pièce en pièce sans risquer par exemple de foncer dans un mur. Pendant notre test, la fonction ne nous a pas été particulièrement utile.

Oculus
Oculus © Oculus
De très bons jeux

Contrairement à l’Oculus Go (lire notre test), le Quest est livré avec deux manettes Touch et des piles. Elles sont aisées à prendre en main et combinent gâchettes, sticks analogiques et boutons d’action.

Le Quest dispose de son propre magasin de jeux en ligne. Au moment où nous avons réalisé ce test, tous les titres n’étaient pas disponibles. Dès la sortie commerciale du casque, plus de 50 jeux pourront être téléchargés, promet Oculus.

L'écran d'accueil de l'Oculus Quest
L'écran d'accueil de l'Oculus Quest © Oculus

Parmi la dizaine de jeux testés, Racket Fury: Table Tennis a été notre préféré. L’expérience est criante de réalisme. Nous avons réellement eu la sensation de jouer au ping-pong: la manette vibre quand la balle touche la raquette virtuelle. Le son de l’impact sur la table est parfaitement calibré. Le titre Sports Scramble, un jeu de tennis en solo ou multijoueurs, est également très amusant. Le jeu d'horreur Face your Fears - âmes sensibles s’abstenir - tient quant à lui toutes ses promesses.

La qualité de l’image

Si l’expérience de jeu est si bonne, c’est aussi grâce à la qualité de l’image. Le Quest est équipé de la technologie OLED avec une résolution de 1600 x 1440 pixels par oeil. Une fois le casque correctement réglé au niveau de la tête, le rendu d’image est bluffant. Les couleurs sont belles et bien contrastées.

L’autonomie

Pour le Quest, Oculus vante une autonomie de 2 heures de jeu et de 3 heures pour les utilisateurs qui regardent simplement des vidéos. Pendant le test, nous avons pu jouer près de trois heures - de manière non continue, sans avoir besoin de recharger l’appareil. Une fois que la batterie est vide, il faut brancher le casque pendant deux heures pour qu’elle soit complètement rechargée.

La possibilité d'ajouter un casque audio

La qualité du son de l’Oculus Quest est très bonne grâce aux haut-parleurs invisibles, intégrés aux branches. Deux prises jack offrent également la possibilité de brancher un casque, pour une plongée encore plus exceptionnelle dans le virtuel.

Les faiblesses de l'Oculus Quest

Quelques bugs

Pendant notre test, nous avons vu plusieurs fois au cours d'une partie apparaître un écran noir qui nous a forcé à quitter le jeu. À plusieurs reprises, l’Oculus Quest a également cessé de détecter une des manettes, alors qu'elle n'était pourtant pas sortie du champ de vision des quatre capteurs disposés de chaque côté de la visière. Toutefois, certains de ces bugs pourraient être corrigés grâce à de prochaines mises à jour logicielles.

Oculus
Oculus © Oculus
Certains jeux provoquent la nausée

Oculus n’a pas réussi à régler le problème du “motion sickness”, ou cinétose. Une sensation habituelle pour beaucoup d’utilisateurs quand ils jouent en réalité virtuelle. Ils s’agit du même phénomène que pour le mal des transports: une discordance entre la perception visuelle et le système vestibulaire, dont les récepteurs sont situés dans l’oreille interne. Les jeux qui nécessitent de se déplacer, comme Dead and Buried II et Journey of the Gods, ont provoqué une sensation désagréable de vertige et de nausée au bout de quelques minutes seulement.

Conclusion

L’Oculus Quest est un excellent casque de réalité virtuelle autonome, qui va bien plus loin que l'Oculus Go en intégrant des manettes et de nouveaux capteurs. Si l’intégralité du catalogue de jeux n’est pas encore connue, les quelques titres que nous avons pu essayer nous ont convaincus. Son prix (449 euros) peut paraître élevé, notamment comparé au PlayStation VR de Sony vendu 299 euros, qui fonctionne avec la console du même nom.

Mais à ce tarif, aucun appareil supplémentaire n'est requis pour profiter d'une immersion totale et de réelles interactions. Le succès pourrait être au rendez-vous: le cabinet américain spécialisé en analyse de marché du jeu vidéo, SuperData, a estimé les ventes du Quest à 1,3 million d’unités.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech