BFM Business

Test : Sony PlayStation VR, le casque de réalité virtuelle pour tous ?

Vendu 400 euros, le PlayStation VR de Sony est le casque de réalité virtuelle le moins cher du marché.

Vendu 400 euros, le PlayStation VR de Sony est le casque de réalité virtuelle le moins cher du marché. - 01net.com/Lionel Morillon

Le PlayStation VR, le casque de réalité virtuelle de Sony, est enfin disponible dans le commerce. Les experts de 01net.com ont pu passer plusieurs jours en sa compagnie. Verdict.

Après le HTC Vive et l’Oculus Rift, c’est maintenant à Sony d’arriver avec son casque de réalité virtuelle, le PlayStation VR (PSVR). Et comme son nom le laisse entendre, ce casque ne fonctionne qu’avec la console PlayStation 4 de Sony, peu importe la version (standard, Slim ou la future Pro à venir le 10 novembre). Le but du PSVR ? Faire vivre au joueur l’expérience unique de la réalité virtuelle, en l’immergeant complètement dans les jeux en 3D optimisés pour le casque…

PlayStation VR Sony
PlayStation VR Sony © 01net.com/Lionel Morillon

Une expérience qui, jusqu’à présent coûtait relativement chère puisque les casques disponibles sur le marché nécessitait, en plus de l'achat du casque à proprement parler, d'investir dans des PC très puissants - et donc coûteux - pour les faire fonctionner correctement. Avec le PSVR, Sony a pour ambition de tirer le prix de la VR vers le bas et de la rendre ainsi accessible à (presque) tous.

Déjà 40 millions de joueurs potentiels

Plutôt que de miser sur des PC, Sony, lui, parie sur sa console PS4 –écoulée à 40 millions d’exemplaires dans le monde. L'investissement pour les propriétaires de la console est donc moindre. Du coup, céder aux chants de la VR pourrait être plus facile, bien que le casque coûte tout de même près de 400 euros et qu’il requiert un accessoire « obligatoire », vendu séparément 60 euros, pour fonctionner.

Sony PlayStation VR
Sony PlayStation VR © LM/01net.com

Cet accessoire, c’est la PlayStation Caméra. C’est elle qui capte les mouvements du casque et, par extension, du joueur. Si ce dernier possède déjà un modèle, pas de problème, inutile de passer à la caisse. Dans le cas contraire, il faut l'ajouter au panier ! Sony préfère que l’investissement soit fait en sus, plutôt que de livrer cette caméra par défaut, dans la boîte. Ceci afin d’éviter de faire doublon selon les dires du japonais…

Sony PlayStation VR
Sony PlayStation VR © LM/01net.com

Et, pour les PS Move, même maladie, même traitement : les manettes cylindriques requises (mais pas obligatoires) pour jouer à certains jeux sont à acheter à part (80 euros la paire) s'il n’y en pas déjà à la maison.

Le (jeu avec) PlayStation VR vaut-il le coût ?

Après avoir passé plusieurs heures le casque sur la tête et les yeux collés aux lentilles de ce dernier, le constat est en demi-teinte.

Le confort du casque est indéniable, son ergonomie est bien pensée et sa construction, solide. Bien que l’installation soit rapide et facile, on regrette qu’il faille ajouter plusieurs mètres de câbles et un boîtier additionnel sous le téléviseur pour que la magie opère.

PlayStation VR Bundle
PlayStation VR Bundle © Sony

Autre déception, le casque disposée devant les yeux du porteur n’est pas complètement fermée sur sa partie basse, limitant de fait le phénomène d’immersion. Phénomène pourtant « essentiel » en matière de réalité virtuelle.

De plus, à l’heure actuelle, la qualité graphique des jeux n'est pas probante. L'impression de jouer à des titres d'il y a plusieurs années est omniprésente. Le nombre de "vrais" jeux ou de fortes licences vraiment disponibles n’est pour l'instant pas suffisant pour un lancement d'envergure. Il faut se contenter en grande majorité de démos ou de courtes "expériences". Cinquante applications sont prévues d'ici à la fin de l’année et Sony promet que le gros de la ludothèque arrivera en 2017. On pense par exemple au jeu de tir sur zombie, Resident Evil VII, ou encore à GT Sport, et sa collection de voitures de courses.

Signalons enfin que le PSVR a provoqué chez nous des maux de tête et des nausées bien plus que ses concurrents HTC Vive et Oculus Rift. L'impression d'être sujet au mal des transports est extrêmement désagréable. Des sensations fortement accrues par la position assise et statique à adopter dans la majorité des jeux testés.

Ainsi nous avons été contraints de faire des pauses toutes les 20 à 30 minutes afin de reprendre pied dans la réalité… un laps de temps dont nous avons profité pour re-calibrer le casque et resynchroniser les manettes. En effet, au cours des séances de jeux, nous avons plusieurs fois dû procéder à ce type d'ajustements via l'interface logicielle de la PS4. Une manipulation nécessaire (et malheureusement récurrente) pour que la PlayStation Camera réinterprète correctement tous nos gestes et la position réelle de notre tête par rapport à l'environnement virtuel affiché sur l'écran situé à l'intérieur du casque.

En définitive, si le PS VR est une offre plus alléchante du point de vue prix, elle manque encore de jeux pour vraiment convaincre, sans même évoquer le "mal de la VR", qui varie en fonction des utilisateurs.

Lire le test complet du Sony PlayStation VR sur 01net.com