BFMTV

Kim Jong-Un a proposé une rencontre à Donald Trump, qui a accepté

Donald Trump accepte une rencontre avec Kim Jong-Un, confirme ce jeudi soir la Maison Blanche, après avoir reçu une invitation officielle du leader nord-coréen. Objectif: se voir d'ici fin mai afin d'avancer sur la dénucléarisation de la Corée.

Donald Trump, Kim Jong-Un, la rencontre va sans doute avoir lieu. Ce jeudi soir, un haut responsable sud-coréen a fait savoir depuis la Maison Blanche que le chef d'Etat américain avait reçu une invitation à une rencontre de la part de son homologue de Corée du Nord. 

Et Donald Trump a répondu positivement à cette proposition du leader nord-coréen, pour une entrevue qui pourrait avoir lieu d'ici mai, a annoncé Chung Eui-yong, responsable de la Sécurité nationale en Corée du Sud. Le lieu n'a pas été précisé. 

Une annonce spectaculaire après des mois de hautes tensions entre les deux pays. La Maison Blanche a toutefois annoncé que les sanctions actuellement en place demeurent d'actualité, et qu'il faut maintenir "une pression maximale". 

Kim Jong Un s'est engagé à oeuvrer à la "dénucléarisation" de la péninsule coréenne et a promis de s'abstenir "de tout nouveau test nucléaire ou de missile", a dit le responsable sud-coréen après une rencontre avec le président américain.

"Des signes d'ouverture"

Un peu plus tôt, le chef de l'Etat lui même avait assuré que la Corée du Sud devait faire une "annonce majeure" à ce sujet. Il l'a fait de manière inhabituelle: en venant lui même le déclarer dans la salle de presse de la Maison Blanche. 

Cette annonce intervient dans la foulée de la visite jeudi à Washington de Chung Eui-yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité. Ce dernier s'était longuement entretenu lundi avec le leader nord-coréen. Chung Eui-yong indique que Kim Jong-Un serait désormais prêt à bouger sur le dossier de l'arsenal nucléaire de Pyongyang. 

Ce jeudi matin, Rex Tillerson, secrétaire d'Etat américain, avait estimé ce jeudi que "nous sommes encore loin de négociations" directes entre la Corée du Nord et les États-Unis pour résoudre la crise nucléaire. Mais mardi, le président américain avait salué les signes d'ouverture de la Corée du Nord sur un éventuel dialogue avec les États-Unis, tout en appelant à la prudence et en réaffirmant que toutes les options étaient sur la table.

Ivan Valerio, avec AFP