BFMTV

Incendies en Californie: au moins 9 morts, Malibu menacée

Donald Trump a vertement critiqué le gouverneur de l'état sur les réseaux sociaux.

Le violent incendie qui touche depuis jeudi le nord de la Californie a fait "au moins neuf morts" confirmait ce vendredi soir Korey Honea, le shérif du comté de Butte. Alors que plusieurs dizaines d'habitants étaient évacués ces dernières heures, un autre foyer menace maintenant la station balnéaire de Malibu, plus au sud de l'état.

"L'ampleur de la destruction que nous avons vue est vraiment incroyable et à fendre le coeur", a dit Mark Ghilarducci, du bureau des services d'urgence du gouverneur de Californie.

Trump contre-attaque

De son côté, avant son arrivée en France ce samedi, le président Donald Trump s'est montré sévère envers la Californie, qui vient d'élire un gouverneur démocrate. "Il n'y a aucune raison pour ces énormes incendies en Californie, meurtriers et coûteux, si ce n'est que la gestion des forêts est tellement insuffisante", a tweeté samedi le président américain.

"Des milliards de dollars sont donnés chaque année, avec tant de vies perdues, tout cela à cause d'une grave mauvaise gestion des forêts. Remédiez-y maintenant, sinon il n'y aura plus de versements fédéraux!", a-t-il ajouté.

Plusieurs dizaines de personnes portées disparues

Cinq des victimes dans le comté de Butte, où l'état d'urgence a été décrété, avaient été découvertes jeudi, quatre dans un véhicule et un sur le sol tout près, dans la ville de Paradise, au nord de la capitale Sacramento, dont les 26.000 habitants avaient tous reçu l'ordre d'évacuer.

Au total, plus de 52.000 personnes avaient reçu l'ordre d'évacuer dans cette zone au pied de la Sierra Nevada.

"En raison de leurs brûlures, ces personnes qui tentaient de s'enfuir n'ont pas pu être immédiatement identifiées", ont précisé vendredi les services du shérif.

Quatre autres morts ont été découverts vendredi dont trois à l'extérieur d'une maison et un à son domicile. Des dizaines d'autres personnes étaient portées disparues.

HS avec AFP