BFMTV

"Fier d'être gay": le cofondateur de Paypal pro-Trump choque la communauté LGBT

Peter Thiel à la tribune de la convention républicaine le 21 juillet 2016 à Cleveland

Peter Thiel à la tribune de la convention républicaine le 21 juillet 2016 à Cleveland - Joe Raedle - AFP

"Je suis fier d'être gay". Si le discours de Peter Thiel, l'un des cofondateurs de Paypal, à la tribune de la convention républicaine lors de l'investiture officielle de Donald Trump a semblé plutôt audacieux, il n'a pourtant pas empêché le Grand Old Party de proposer un programme rétrograde concernant les personnes LGBT. De quoi faire enrager cette communauté.

Standing ovation pour Peter Thiel, entrepreneur de la Silicon Valley, jeudi lors de la convention républicaine de Cleveland. L'homme, cofondateur de Paypal, a été longuement applaudi lorsqu'il a déclaré, peu avant le discours de Donald Trump:

"Je suis fier d'être gay, je suis fier d'être Républicain, mais par-dessus tout, je suis fier d'être Américain".

Si ce type de propos semble historique lors d'une convention de ce parti conservateur - réputé plutôt frileux dès qu'il s'agit d'homosexualité - la communauté LGBT n'a pas vraiment goûté l'intervention de Peter Thiel. Martina Navratilova, souvent qualifiée de plus grande championne de l'histoire du tennis et militante LGBT, lui a demandé sur Twitter: "Alors Peter, avec quels points exactement es-tu d'accord?"

L'ancienne athlète faisait là référence au fait que le Parti républicain a validé il y a quelques jours les idées de son champion Donald Trump dans son futur programme officiel. Parmi celles-ci, le document souhaite revenir sur la légalisation nationale du mariage homosexuel, pourtant ordonné par la Cour suprême en 2015. Et soutient les thérapies de "conversion homosexuelle".

Ce que dénonce également, avec un humour grinçant, un internaute.

"Ils applaudissent Peter Thiel parce qu'ils pensent qu'ils vont pouvoir le soigner avec une thérapie de conversion."

Même réaction de la part du conseiller d'Hillary Clinton - la rivale démocrate du magnat de l'immobilier - sur les questions LGBT.

"Peter Thiel semble ne pas connaître ou ignorer totalement les points très très très très anti-LGBT de la plateforme de son parti."

Autre moment de son intervention qui a choqué: son évocation de la "bataille des toilettes", alors que dans le pays, des conservateurs veulent adopter des lois obligeant les personnes transgenres à utiliser les toilettes du sexe de leur naissance. "On s'en fiche", a lancé le milliardaire - sa fortune est estimée à près de trois milliards de dollars.

Ce que n'a pas manqué de dénoncer un utilisateur du réseau social.

"Peter Thiel vient de dire: "On s'en fiche de savoir qui utilise les toilettes". On s'en fiche, Peter? Pas pour tous les fanatiques qui se trouvent dans la salle où tu viens de parler à l'instant."

Le président de l'association Human Right Campaign, qui défend les droits des personnes LGBT, a quant à lui dénoncé cette occasion manqué de faire réellement bouger les lignes au sein du Grand Old Party.

"Peter Thiel avait l'opportunité de pousser le Parti républicain à aller de l'avant lors de la convention. Déçu qu'il s'en soit servi pour rejeter les attaques qui visent notre communauté."

Même indignation pour le mouvement Occupy Wall Street. "Donc Peter Thiel est un gay fier sans aucun amour pour ses frères et sœurs gay?"

Ce n'est pas la première polémique pour l'entrepreneur, âgé de 48 ans. Son nom était apparu au cœur d'un scandale qui avait fait couler un groupe de média. Il avait consacré 10 millions de dollars au financement de procès contre Gawker, un site spécialisé dans les rumeurs, qui avait révélé son homosexualité.

Ce n'est pas non plus la première fois qu'un soutien d'une figure LGBT défraie la chronique. Celui de Katlin Jenner - l'ex-champion olympique qui a changé de sexe l'année dernière - à Ted Cruz - l'ancien candidat républicain dans la course à l'investiture - avait pour le moins surpris. L'homme n'étant pas un fervent défenseur de la communauté LGBT, opposé au mariage homosexuel ou à la gay pride.

"J'aime Ted Cruz. Je pense qu'il est très conservateur, c'est un grand connaisseur de la Constitution et il est très éloquent", avait-elle déclaré dans une interview.

Pour éteindre la polémique, son porte-parole avait assuré qu'il s'agissait d'une blague. Une version contestée par la journaliste qui avait réalisé l'entretien: "Elle ne blaguait pas".

https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois Journaliste BFMTV