BFMTV

Washington: une fusillade fait au moins treize morts

Une photo des lieux juste après la fusillade, prise par un passant.

Une photo des lieux juste après la fusillade, prise par un passant. - -

Une fusillade dans un immeuble de la Marine américaine à Washington a fait au moins 13 morts lundi matin, parmi lesquels le tireur, qui a travaillé dans l'armée, et dont les motivations restent inconnues.

Une fusillade s'est produite à Washington, vers 14h26, heure française, dans un immeuble de l'armée, le Washington Navy Yard.

Elle a fait au moins treize morts, dont le tireur, et plusieurs blessés, selon le maire de la ville Vincent Gray. Un policier, blessé à la jambe, a été évacué par hélicoptère depuis le toit du bâtiment.

-
- © -

Le tireur responsable de la fusillade s'appelait Aaron Alexis, a-t-on appris auprès du FBI. Selon des médias américains, c'était un homme de 34 ans, originaire du Texas, ayant travaillé pour l'armée. Ses motivations ne sont pas connues pour le moment.

L'enquête a été confiée au FBI. La police a évoqué deux autres suspects potentiels. L'un d'entre eux, un homme blanc portant une uniforme kaki, a été mis hors de cause dans la soirée heure française. La police est cependant toujours à la recherche d'un possible complice, un homme noir d'1,75 mètres âgé d'une cinquantaine d'années et "aux tempes grisonnantes". Il porterait des vêtements couleur vert olive, qui pourraient être de style militaire. La partie du Capitole qui abrite le Sénat américain à Washington a été bouclée par précaution.

"Pour entrer dans l'immeuble, il suffit de montrer son badge"

Le Navy Yard est situé dans le centre de Washington, à 6km de la Maison Blanche.
Le Navy Yard est situé dans le centre de Washington, à 6km de la Maison Blanche. © -

Les tirs se sont produits à 08h26 du matin, heure locale. Les tireurs ont fait feu à plus reprises dans l'un des immeubles de cette enceinte où travaillent quelque 3.000 employés de la Marine américaine. Le Washington Navy Yard est un ancien chantier naval et arsenal de la US Navy.

"J'ai entendu trois coups de feu à la suite "Pa, pa, pa". Trois secondes plus tard, encore "pa, pa, pa". Au total il y a dû avoir sept coups de feu. On s'est mis à courir", a raconté Patricia Ward, une employée qui prenait son petit-déjeuner dans une cafétéria du premier étage lors des tirs. Pour entrer dans l'immeuble, il suffit juste de montrer son badge mais il n'y a pas de détecteur de métaux, selon elle.

Un autre témoin, Terry Durham, qui travaillait également dans l'immeuble 197, a raconté sur CNN avoir vu le tireur. "On a entendu des tirs, il est apparu dans le couloir, il nous a mis en joue et a tiré au moins deux ou trois fois. On a couru vers la sortie et on a continué d'entendre des tirs à l'intérieur", a-t-elle indiqué. L'homme était "grand", "noir" et portait un fusil, selon elle.

"Nous pensons qu'il y a d'autres" blessés

Au Washington Medical Center, la médecin-chef Janis Orlowski a fait état de trois blessés graves transportés dans son hôpital: un policier et deux femmes. "Nous pensons qu'il y a d'autres" blessés, a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse.

"La grosse inquiétude pour nous en ce moment est que nous avons peut-être deux autres tireurs qui n'ont pas été localisés à ce stade", a affirmé le chef de la police lors d'une conférence de presse.

Le quartier, en reconstruction, a été bouclé sur cinq pâtés de maisons alentours, tandis que les écoles situées dans le périmètre s'étaient calfeutrées, interdisant à toute personne d'entrer ou de sortir.

Un ballet d'hélicoptères, de voitures de police et des services de secours parcourait la zone, tandis que des navires patrouillaient sur la rivière Anacostia, toute proche, une configuration rappelant la fusillade qui avait eu lieu lors du marathon de Boston.

Barack Obama tenu informé

A la Maison Blanche, des conseillers chargés de l'antiterrorisme et de la sécurité intérieure tiennent informé le président Barack Obama de l'évolution de la situation, selon un responsable de la présidence qui a appelé "les citoyens à écouter les autorités et suivre les directives des services de secours sur place".

"Nous nous retrouvons une nouvelle fois face à une fusillade de masse", a réagi Barack Obama, dénonçant un acte "lâche" visant cette fois des militaires et des civils employés par l'armée. "Ils connaissent le danger d'être déployés à l'étranger, mais aujourd'hui ils ont été confrontés à une violence inimaginable, qu'ils ne s'attendaient pas à rencontrer ici", a ajouté le président américain.

Le trafic a été suspendu quelques minutes à l'aéroport Ronald-Reagan, situé à quelques kilomètres de là, avant de reprendre normalement. Cette fusillade en plein coeur de la capitale fédérale est la plus importante s'étant déroulée sur une implantation militaire depuis l'assassinat de 13 militaires sur la base de Fort Hood, au Texas, en 2009.

K. L. et A. G. avec AFP