BFMTV

Un panneau publicitaire écrit en arabe ridiculise Donald Trump

Donald Trump lors d'un meeting à Sanford, en Floride, le 25 octobre 2016

Donald Trump lors d'un meeting à Sanford, en Floride, le 25 octobre 2016 - Gregg Newton - AFP

"Donald Trump ne sait pas ce que ça veut dire, mais ça lui fait peur de toute façon." Un panneau publicitaire pointe avec cette phrase écrite en arabe le discours stigmatisant envers les musulmans du candidat républicain.

À quelques jours du vote, la campagne présidentielle américaine bat son plein et les initiatives pour décrédibiliser le candidat républicain se multiplient. Dans le Michigan, un État du Midwest, les automobilistes d'une autoroute ont vu fleurir un gigantesque panneau publicitaire original.

Une phrase en arabe écrite en blanc sur un fond noir, qui signifie: "Donald Trump ne sait pas ce que ça veut dire, mais ça lui fait peur de toute façon." Le panneau renvoie vers Trumpisscared.org. Ce site internet retrace l'historique des contradictions du magnat de l'immobilier au sujet des musulmans, qu'il voulait dans un premier temps interdire de séjour sur le sol américain. 

"Comment se fait-il qu'il n'ait pas acheté ce panneau?"

Derrière cette publicité déconcertante se trouve un comité d'action politique, appelé le Nuisance Committee super PAC, qui souhaite ainsi dénoncer le discours stigmatisant de Donald Trump à l'égard des personnes de confession musulmane.

"Nous avons volontairement évité de traduire le texte, car nous aimions l'idée que des gens qui ne parlent pas arabe demandent à des gens familiers avec la langue de le traduire pour eux", a indiqué à une radio locale une porte-parole du groupe, qui souhaite favoriser le dialogue entre les communautés.

Ce n'est pas la première fois que le comité s'illustre avec ce type de coup d'éclat. En septembre dernier, un panneau d'affichage géant avait été installé aux abords de l'aéroport de Chicago évoquant les impôts non payés du candidat républicain. Ce dernier disait: "Si Donald Trump est si riche, comment se fait-il qu'il n'ait pas acheté ce panneau?"
Céline Hussonnois-Alaya