BFMTV

Tuerie d'Orlando: "48 victimes ont été identifiées", annonce le maire

Le bilan de la fusillade qui a visé dans la nuit de samedi à dimanche une boîte de nuit gay d'Orlando, en Floride a été révisé à 49 morts, plus le tireur, ont indiqué les autorités locales ce lundi, précisant que presque toutes les victimes ont pu être identifiées.

La quasi-totalité des victimes de la tuerie perpétrée dans une boîte gay d'Orlando, en Floride, dans la nuit de samedi à dimanche, ont été identifiées ce lundi, selon le maire de la ville, Buddy Dyer, qui a fait une déclaration à la presse à 7h30 locales (13h30 françaises).

Le bilan des victimes a été revu à 49 morts plus le tireur, a précisé le FBI, lors de ce point presse. "Je pense que ce qui a été donné (comme bilan) à un moment donné, incluait le tireur. Nous n'incluons pas le tireur comme victime", a expliqué Paul Wysopal, l'agent du FBI en charge de l'enquête, lors d'une conférence de presse.

La liste des noms des victimes publiée sur Internet

"Nous soutenons les victimes et leurs familles. Nous voulons également saluer les actes héroïques de la police d'Orlando, et également des citoyens de la ville, qui ont sauvé des centaines de vie. Leur réponse a été héroïque et a permis à des centaines de personnes. Le personnel médical a également permis de sauver beaucoup de vies, pour moi aussi ce sont des héros", a déclaré Buddy Dyer, le maire de la ville, visiblement ému. Il a également indiqué que 48 victimes ont pu être identifiées à ce stade. 

La liste des noms des victimes est publiée et actualisée sur le site de la mairie d'Orlando, au fur et à mesure des identifications et des notifications aux familles, a précisé le maire. Outre les 49 morts, la fusillade a fait plus de 50 blessés dont certains dans un état grave.

Trois armes retrouvées

Alors que deux armes avaient déjà été retrouvées dans la discothèque, une arme de poing et une arme d'épaule, une troisième a été retrouvée dans le véhicule que le tireur présumé, Omar Mateen, avait loué pour faire les 200 kilomètres qui le séparaient d'Orlando, et qui était garé sur le parking de la discothèque. Cette arme n'a, pour l'heure pas été tracée. La provenance des deux autres armes a, en revanche, pu être établie. 

Le chef de la police d'Orlando, John N. Mina est également revenu en détails sur l'intervention des forces de l'ordre dans la discothèque. "Un officier de police, qui travaillait en uniforme sur place, est entré en lutte avec le suspect. Il y a eu des échanges de tirs, c'est à ce moment-là que d’autres officiers sont entrés dans le club. Un second échange de tirs a eu lieu, et c’est là que le suspect s’est caché dans les toilettes, où il a pris des personnes en otages", a ainsi détaillé John N. Mina.

"Nous avons sécurisé les lieux et appelé les équipes d’intervention spéciale, en renfort. Puis nous avons commencé à préparer l’explosion du mur qui menait aux toilettes, puisque nous imaginions que le tueur s’apprêtait à faire d’autres victimes. Nous avons donc fait ce trou dans le mur, à travers lequel nous avons fait s’enfuir des dizaines de personnes", a-t-il poursuivi. "Il y a eu un nouvel échange de tirs avec les policiers, et le suspect a été abattu". 

Dimanche tôt, Omar Mateen, un américain d'origine afghane né en 1986, s'est introduit dans un club gay très fréquenté d'Orlando, où il a fait feu et pris des otages pendant plusieurs heures avant l'intervention des forces spéciales de la police locales. Il avait fait allégeance au groupe Etat islamique lors d'un appel au numéro des urgences 911 alors qu'il avait déjà commencé son attaque. De son côté, Daesh a revendiqué lundi la fusillade commise par "un soldat du califat".

A.S.