BFMTV

Sandy : le marathon de New York annulé

La ligne d'arrivée du marathon 2012 était pourtant déjà installée.

La ligne d'arrivée du marathon 2012 était pourtant déjà installée. - -

La mairie de New York a annoncé vendredi l'annulation du marathon, prévu dimanche, suite au passage du cyclone Sandy sur la ville. Plus tôt dans la journée, Michael Bloomberg avait pourtant confirmé son maintien.

Le maintien du marathon divisait les New-Yorkais, il est finalement annulé. La célèbre course à pied dans les rues de la ville, prévue ce dimanche, dont le maintien faisait polémique après la tempête Sandy - qui a causé la mort de plus 30 personnes à New York, dévasté des quartiers de la ville et laissé des milliers de personnes sans électricité - a finalement été annulée, a annoncé la mairie vendredi après-midi.

"Nous avons décidé de l'annuler", indique la municipalité dans un communiqué, quelques heures seulement après que le maire, Michael Bloomberg, ait défendu sa décision de le maintenir. Le site Internet du marathon a été mis à jour dans la foulée, annonçant à son tour l'annulation de l'événement.
Quelque 47.000 coureurs venus du monde entier, qui ont souvent réservé et payé des mois à l'avance, devaient en principe s'élancer dimanche du célèbre pont Verrazzano.

Bloomberg change d'avis

"Le marathon fait partie intégrante de la vie de New York depuis 40 ans", écrit Michael Bloomberg dans le communiqué. "Mais il est clair qu'il est devenu une source de controverses et de divisions". "Nous ne voulons pas de nuages sur la course et ses participants et nous avons décidé de l'annuler", explique le maire de la ville.

Quelques heures plus tôt, Bloomberg avait pourtant confirmé sa décision de le maintenir, en dépit des difficultés rencontrées après la méga-tempête qui a frappé New York. Il avait notamment évoqué le souvenir du 11 septembre 2001 pour justifier cette décision.

"Si vous vous souvenez, après le 11 septembre, Rudy (Rudolphe Giuliani, son prédecesseur, ndlr) avait pris la décision de maintenir le marathon", avait ainsi déclaré Bloomberg. Avant d'ajouter : "Rudy avait raison. Je pense que nous devons trouver des moyens de nous exprimer et de faire preuve de solidarité".

Polémique

-
- © -

Face au maintien de la course, la polémique était grandissante. Vendredi, le New York Post a dénoncé, en Une, un "abus de pouvoir". Et a poursuivi son attaque dans un éditorial : "L'idée même que la moindre lampe torche soit consacrée à un événement sportif est en soi scandaleuse". Toujours dans cet édito, le quotidien a estimé que les générateurs installés à Central Park, où était censé se terminer le marathon, pourraient procurer de l'électricité à 400 maisons dans les zones sinistrées.

Michael Grimm, membre du Congrès américain, n'a pas été plus tendre sur son compte Twitter : "Des vies ont été perdues, des familles sont sans toit, des maisons sont détruites et la ville se préoccupe du marathon. Où sont nos priorités ?", a-t-il écrit.

La réaction de James Oddo, conseiller municipal représentant Staten Island, l'arrondissement le plus affecté par Sandy, a été encore plus violente: "S'ils empruntent un seul membre du personnel de secours de Staten Island pour l'envoyer sur le marathon, je vais hurler", a-t-il écrit, lui aussi sur Twitter.

Vendredi soir, suite à l'annonce de l'annulation, le site du New York Post titrait : "Finalement, un peu de raison".

Adrienne Sigel avec AFP