BFMTV

Pour la première fois, le tueur de Cecil le lion s'exprime

Adam Bettcher

Adam Bettcher - AFP

Il avait soulevé un véritable tollé dans le monde entier en juillet dernier, pour avoir tué l'un des lions les plus célèbres du Zimbabwe. Le dentiste américain Walter Palmer, qui avait gardé le silence jusqu'à présent, s'est exprimé pour la première fois, sans exprimer le moindre regret.

Il s'est confié pour la première depuis cette affaire "Cecil le Lion", qui a scandalisé l'Amérique à la fin du mois de juillet: Walter Palmer, dentiste de Minneapolis, est un passionné de chasse. Mais lorsqu'il a tué l'un des lions les plus célèbres du Zimbabwe, l'homme de 55 ans a provoqué l'ire de nombreux internautes et défenseurs de la cause animale. Dans une première interview accordée au Star Tribune, Walter Palmer a confié n'avoir aucun regret d'avoir tué le lion, assurant l'avoir fait en toute légalité.

Walter Palmer argue, pour sa défense, avoir tout fait dans les règles: "Tout a été fait correctement. Cette chasse au lion était tout à fait légale au Zimbabwe. Et grâce au professionnalisme des personnes qui m'accompagnaient, nous avons pu attraper un lion", ajoute-t-il. Avant d'expliquer qu'il avait d'abord blessé le lion, l'avoir traqué puis l'avoir achevé avec une nouvelle flèche. Mais Walter Palmer affirme que la chasse a duré bien moins que les 40 heures annoncées par certains médias.

"Toutes ces perturbations, ça me brise le coeur"

"J'ai beaucoup d'employés dans mon cabinet et toutes ces perturbations, ça me brise le coeur", a regretté Walter Palmer auprès du Star Tribune. En signe de protestation, de nombreux Américains avaient déposé des animaux en peluche et des pancartes avaient été placardées devant l'entrée du cabinet du Dr Palmer. "Je suis un professionnel de la santé, j'ai besoin de reprendre le travail, avec mes employés et mes patients. C'est pour ça que je suis de retour".

Quant au lion en question, Walter Palmer l'affirme, il ne savait pas qu'il comptait autant au Zimbabwe. D'après lui, le collier émetteur que portait "Cecil" ne pouvait être vu pendant la chasse de nuit, au milieu de la crinière de l'animal. Avant d'ajouter qu'il était parfaitement légal d'attraper un lion doté d'un collier de ce type.

Walter Palmer devant l'ours qu'il vient d'abattre dans le Wisconsin, en 2006.
Walter Palmer devant l'ours qu'il vient d'abattre dans le Wisconsin, en 2006. © Wisconsin Department of Natural Resources

Un ours noir tué illégalement en 2006

Les autorités du Zimbabwe ont exigé l'extradition de Palmer, afin de répondre aux accusations de "crime sauvage". Aux États-Unis également, les autorités officielles ont lancé une enquête mais aucune annonce n'a pour le moment été faite. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Walter Palmer tue un animal protégé: le 15 août dernier, la chaîne ABC News montrait des photos du dentiste posant à côté d'un ours noir qu'il avait tué illégalement en 2006 dans le Wisconsin, aux États-Unis.