BFMTV
États-Unis

Possible inculpation de Donald Trump: les policiers de New York et Washington se préparent à des manifestations

La police de New York dépose des barricades métalliques devant le tribunal pénal de Manhattan le 20 mars 2023.

La police de New York dépose des barricades métalliques devant le tribunal pénal de Manhattan le 20 mars 2023. - MICHAEL M. SANTIAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

L'ancien président a annoncé qu'il serait "arrêté" ce mardi et encourage ses soutiens à manifester. Ce message rappelle aux forces de l'ordre son appel à l'insurrection de janvier 2020 qui avait mené à l'attaque du Capitole.

Une inculpation de Donald Trump pourrait-elle causer des émeutes aux États-Unis? C'est en tout cas à ce scénario que se préparent les polices de New York et de Washington D.C, alors qu'une décision du parquet de Manhattan de poursuivre l'ancien président pourrait être annoncée dès ce mardi.

Donald Trump a annoncé samedi sur son réseau social Truth Social qu'il serait "arrêté" ce mardi dans une affaire pot-de-vin versé avec des fonds de campagne en 2016. Il a appelé ses soutiens à protester contre cette décision. "Manifestez, reprenez notre nation", a-t-il notamment écrit.

Aucune source officielle n'a cependant confirmé la moindre prise de parole ou arrestation à venir dans ce dossier pour le moment.

"Alerte maximale" à New York

Dans ce contexte, la police de New York, ville où se trouve le parquet chargé de l'affaire, a demandé à tous ses agents de porter leur uniforme et de se tenir prêts à être déployés ce mardi, selon une note interne auquel a eu accès le média CNN. Malgré une situation qualifiée "d'alerte maximale", les forces de sécurité new-yorkaises estiment qu'il n'y a pas de menace crédible à l'heure actuelle.

À Washington, l'appel à manifester lancé par l'ancien président fait bruyamment écho à celui qu'il avait adressé à ses soutiens début 2020 dans le but de dénoncer le soi-disant vol de l'élection présidentielle par son rival démocrate Joe Biden. Les manifestants trumpistes avaient alors pris d'assaut le Capitole, le siège du Parlement des États-Unis, et cinq personnes (un policier et quatre manifestants) étaient décédées.

Les forces de l'ordre de la capitale fédérale se préparent donc à de potentielles manifestations, mais les unités chargées spécifiquement de protéger le Parlement "ne suivent actuellement aucune menace directe ou crédible contre le Capitole des États-Unis", selon une évaluation des services de renseignement du ministère obtenue par CNN.

Pas d'arrestation spectaculaire à prévoir

En cas d'inculpation de Donald Trump, celle-ci ne se déroulera pas de manière classique: la police ne viendra pas chez lui pour l'emmener en prison. En raison de son statut d'ancien président, il sera convoqué dans le bureau du procureur, qui lui notifiera les charges qui pèsent contre lui, et il devrait, normalement, ressortir libre dans l'attente de son procès.

L'ancien locataire de la Maison Blanche est au cœur d'une enquête pour un soupçon de pot-de-vin de 130.000 dollars versé à une actrice pornographique, Stormy Daniels. L'argent aurait été utilisé pour acheter le silence de cette actrice au sujet d'une relation avec Donald Trump, alors en campagne pour la présidence. Problème: cet argent aurait été prélevé sur les comptes de campagne du candidat, ce qui est illégal.

Si les charges sont retenues contre lui, Donald Trump deviendra le premier ancien président des États-Unis à être inculpé dans une affaire criminelle.

Glenn Gillet