BFMTV

Les Etats-Unis envisagent "des sanctions graves" contre la Russie

John Kerry et son homologue britannique Philip Hammond samedi à Londres.

John Kerry et son homologue britannique Philip Hammond samedi à Londres. - Neil Hall - AFP

Les Etats-Unis envisagent de nouvelles sanctions graves très prochainement contre la Russie, qu'ils estiment responsables de la rupture du cessez-le-feu en Ukraine, a déclaré samedi le secrétaire d'Etat américain John Kerry en visite à Londres.

"Des sanctions très graves peuvent être prises, qui auraient un impact très négatif sur l'économie russe", a dit lors d'un point presse John Kerry ajoutant que "dans les prochains jours le président Obama va évaluer les choix à sa disposition et prendre sa décision".

John Kerry, qui a rencontré en début d'après-midi son homologue britannique Philip Hammond, a jugé que l'assaut contre la ville de Debaltseve a constitué l'un des exemples "les plus flagrants" de la rupture du cessez-le-feu par les Russes et les séparistes ukrainiens.

"Nous savons avec certitude ce que la Russie a fourni et aucune propagande ne peut cacher ces actions", a dit John Kerry, qui a reçu la presse à l'ambassade des Etats-Unis à Londres.

"L'accord de Minsk n'est pas ouvert à interprétation"

"Soyons très concrets. L'accord de Minsk n'est pas ouvert à interprétation, il n'est pas vague, n'offre pas d'option", a ajouté John Kerry, soulignant que pour le moment "la Russie et les séparatistes ne s'y conforment que dans quelques zones, mais pas à Debaltseve, pas autour de Marioupol et pas dans certains autres lieux stratégiques".

Soulignant qu'il avait confiance dans la volonté de son pays, du Royaume-Uni et d'autres à prendre ces nouvelles mesures "nécessaires" contre Moscou, il a dit que des discussions se tenaient déjà "entre les Etats-Unis et ses alliés européens".

Concernant la possibilité de fournir des armes à l'Ukraine, il a répété que des discussions avaient lieu à Washington mais qu'"aucune décision n'a été prise par le président à ce stade".

K. L. avec AFP