BFMTV

La visite d'Etat de Trump au Royaume-Uni n'aura pas lieu avant 2018

Donald Trump, le 8 juillet 2017.

Donald Trump, le 8 juillet 2017. - Saul Loeb - AFP

La visite d'Etat de Donald Trump au Royaume-Uni, prévue en 2017 sans qu'une date précise n'ait jamais été fixée, n'aura finalement lieu qu'en 2018.

La fin d'un long suspense. Alors que le flou demeurait autour de la visite d'Etat hautement controversée de Donald Trump au Royaume-Uni, initialement prévue pour 2017 sans qu'une date précise n'ait réellement été fixée, les plans semblent désormais avoir changé. 

Selon le Guardian, la visite officielle du président américain sur le sol britannique n'aura finalement lieu qu'en 2018. La décision de ce report, prise par le gouvernement britannique, n'exclut toutefois pas, d'ici là, une venue plus confidentielle de Donald Trump à Londres, si le président des Etats-Unis se trouve en Europe. 

Une visite très controversée

La décision du gouvernement pourrait avoir été motivée par les nombreuses protestations au sein de l'opinion publique britannique, au sujet de cette visite d'Etat. Depuis l'invitation lancée par la Première ministre Theresa May au président américain, lors de son déplacement à la Maison Blanche en janvier dernier, manifestations et pétitions pour protester contre la venue de Donald Trump se sont en effet multipliées. 

Le Guardian rappelle aussi une conversation téléphonique entre Theresa May et Donald Trump, au cours de laquelle ce dernier lui aurait confié ne pas vouloir effectuer de visite d'Etat en Grande-Bretagne tant que les Britanniques ne l'approuveront pas, et tant qu'un risque de grandes manifestations existe.

Si aucune date précise n'avait jamais été fixée pour cette visite, le fait qu'elle ne soit pas évoquée par la reine lors de son discours au Parlement, le mois dernier, avait éveillé quelques soupçons de report, voire d'annulation. Outre les protestations au sein de la société civile, des critiques ont émergé au sein de la classe politique britannique au sujet de la venue de Donald Trump. Le maire de Londres, Sadiq Khan, avait ainsi appelé le gouvernement à annuler l'invitation, après les remarques formulées par le président des Etats-Unis au lendemain des attaques perpétrées dans le coeur de la capitale britannique, le 3 juin. 

Adrienne Sigel