BFMTV

Cinq rencontres qui ont marqué la présidence Obama

Barack Obama et Raul Castro, à La Havane, le 21 mars 2016.

Barack Obama et Raul Castro, à La Havane, le 21 mars 2016. - Nicholas Kamm - AFP

GOODBYE OBAMA 3/5 - Au cours de ses voyages à l'étranger, ou bien chez lui, à la Maison Blanche, Barack Obama a serré un nombre incalculable de mains. Mais certaines de ses rencontres auront marqué plus que d'autres son double mandat.

Des mains serrées, des sourires pour les photos officielles, des entrevues et des conférences de presse: en huit ans, Barack Obama s'est largement plié au rituel qui caractérise la rencontre officielle entre chefs d'Etat. Mais certaines poignées de mains du président américain ont marqué plus que d'autres. Retour en arrière, en images.

> Mai 2011: rencontre royale à Buckingham

Il y a cinq ans, Barack Obama sortait son plus beau costume pour participer à un grand dîner organisé par la reine Elizabeth, à Buckingham Palace. Le couple avait déjà rencontré Elizabeth II et son époux, le prince Philippe, lors d'une précédente visite au Royaume-Uni, en 2009, au cours de laquelle la Première dame avait commis une erreur de protocole, en passant son bras autour des épaules de la monarque.

Cette fois-ci, pas de bourde, mais une complicité affichée entre Elizabeth II et le président américain, très souriants sur les photos officielles. 

-
- © -

Le président américain avait toutefois vécu un grand moment de solitude au cours du dîner, lorsqu'il avait porté un toast à la reine alors que l'orchestre commençait à jouer l'hymne national. Une légère entrave au protocole, qui n'avait pas plu à la souveraine. Cette dernière n'avait pas manqué de le lui faire sentir, le laissant trinquer... seul.

> Mars 2014: premier contact avec le pape François

Le 27 mars 2014, Barack Obama et le pape François, arrivé à la tête de l'Eglise catholique un an plus tôt, se rencontrent pour la première fois, au Vatican. Admiratif des idées du souverain pontife, mais aussi de son humilité, le président américain tenait absolument à le voir au plus vite.

Pour cette première entrevue, les deux hommes se montrent complices. Leur contact est chaleureux, comme en témoigne leurs rires pendant la séquence d'échange de cadeaux, et ils tombent d'accord sur de nombreux dossiers internationaux. 

Barack Obama et le pape François au Vatican, en mars 2014.
Barack Obama et le pape François au Vatican, en mars 2014. © Gabriel Bouys - AFP

Un peu plus d'un an plus tard, en septembre 2015, Barack Obama reçoit le pape François en grande pompe à la Maison Blanche, après l'avoir accueilli en famille à l'aéroport. Sur la même longueur d'ondes, les deux hommes s'entendent sur les questions du changement climatique et de la lutte contre les inégalités, mais aussi sur le volet du rapprochement diplomatique entre Washington et La Havane, pour lequel le pape François a joué les intermédiaires.

Barack Obama accueille le pape François à son arrivée à Washington, le 22 septembre 2015.
Barack Obama accueille le pape François à son arrivée à Washington, le 22 septembre 2015. © Chip Somodevilla - Getty Images North America - AFP

> Mars 2016: poignée de mains historique à Cuba

Ils s'étaient déjà croisés au Sommet des Amériques, en avril 2015, au Panama. Mais cette fois-ci, le décor ajoute à la solennité de l'entrevue. Le 21 mars 2016, Barack Obama rencontre son homologue cubain Raul Castro, à La Havane, épilogue d'un long processus de rapprochement diplomatique mis en place par les Etats-Unis et Cuba.

Si l'on pouvait s'attendre à ce que la rencontre entre les deux voisins ne soit pas un modèle de chaleur, le ton avait été donné dès le départ, lorsque le président cubain n'avait pas fait le déplacement à l'aéroport pour accueillir son visiteur. Bien que cordiale, la rencontre entre les deux hommes, suivie de leur discours commun, n'a pas semblé plus chaleureuse. Ce qui n'a pas empêché Barack Obama de déclarer, en espagnol, et en direct à la télévision cubaine: "Le futur de Cuba doit être entre les mains des Cubains".

Barack Obama et Raul Castro, le 21 mars 2016, à La Havane.
Barack Obama et Raul Castro, le 21 mars 2016, à La Havane. © Nicholas Kamm - AFP

Clou, gênant, de la rencontre: le bras mou de Barack Obama immortalisé par les photographes. Alors que le président américain voulait lui serrer la main de façon classique, son hôte avait choisi, lui, de lui soulever le poignet en signe de victoire. Ce qu'Obama n'a pas laissé faire. Mais les deux hommes se sont finalement montrés plus décontractés le lendemain, lors d'un match de baseball auquel ils ont assisté ensemble.

> Septembre 2015: rencontre glaciale avec Vladimir Poutine

Loin d'être leur première entrevue, la rencontre du 28 septembre 2015 entre Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine restera dans les annales tant elle a été glaciale.

Ce jour-là, les deux chefs d'Etat, qui ne s'étaient pas vu depuis deux ans, se sont retrouvés à New York, dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations unies. Divisés sur le dossier syrien, encore marqués par la crise en Ukraine, ils se sont pliés au protocole en se serrant la main face aux photographes, sans faire l'effort d'esquisser un sourire, de se parler, ni même de se regarder.

Vladimir Poutine et Barack Obama, le 28 septembre 2009, à New York.
Vladimir Poutine et Barack Obama, le 28 septembre 2009, à New York. © Mandel Ngan - AFP

> Mars 2016: complice avec Justin Trudeau

Début mars, Barack Obama recevait le nouveau Premier ministre canadien, Justin Trudeau, à la Maison Blanche, pour une visite officielle, la première visite d'Etat d'un représentant canadien à Washington depuis deux décennies.

Les deux hommes, qui partagent leur style décontracté, se sont attachés à afficher la bonne entente entre le Canada et les Etats-Unis, et sont apparus particulièrement complices, voire plus. "Ils s’appelaient par leur prénom, saluaient le travail de l’autre, ses qualités et son ‘intellect’, et se taquinaient quant à savoir qui, du Canada ou des Etats-Unis, est le vrai champion du hockey”, a ainsi rapporté le quotidien canadien Le Devoir

Justin  Trudeau et Barack Obama à la Maison Blanche, le 10 mars 2016.
Justin Trudeau et Barack Obama à la Maison Blanche, le 10 mars 2016. © Nicholas Kamm - AFP

Une complicité qui n'a pas laissé les internautes de marbre, puisque ceux-ci se sont amusés à imaginer une "bromance", mélange de brother (frère) et romance, terme utilisé pour désigner une très forte amitié entre deux hommes.

dossier :

Barack Obama