BFMTV

Attaqués par Trump sur leur fondation, les Clinton répliquent

Hillary et Bill Clinton, le 30 juillet 2016.

Hillary et Bill Clinton, le 30 juillet 2016. - Justin Sullivan - Getty Images North America - AFP

Alors que Donald Trump multiplie les attaques à l'encontre de la Fondation Clinton, dont il réclame la fermeture, Bill et Hillary Clinton tentent d'éteindre la polémique, en défendant leur bilan et en annonçant une série de réformes en cas de victoire de la candidate démocrate, en novembre.

Accusé de corruption, le couple Clinton riposte. Alors que Donald Trump s'en est pris ces derniers jours à la Fondation Clinton, l'institution caritative de l'ancien président et son épouse qui a levé 2 milliards de dollars depuis sa création, le couple est finalement monté au créneau.

"Corruption digne du tiers-monde"

En début de semaine, le candidat républicain, qui multiplie les angles d'attaque à l'égard de sa rivale alors que s'ouvre la dernière ligne droite dans la course à la Maison Blanche, s'en est pris à la fondation du couple Clinton, réclamant sa fermeture, tout en dépeignant son adversaire comme une femme vénale et corrompue. 

"Les Clinton ont passé des décennies à se remplir les poches en s'occupant de leurs donateurs au lieu des Américains. Il est désormais apparent que la fondation Clinton est l'entreprise la plus corrompue de l'histoire politique. Elle doit être fermée immédiatement", a ainsi déclaré le magnat de l'immobilier, lundi.

Avant d'enfoncer un peu plus le clou dès le lendemain, en accusant Hillary Clinton de s'être adonnée à une forme de "corruption digne du tiers-monde". 

"Nous essayons de faire du bon travail"

Des piques auxquelles Bill Clinton a finalement répondu mercredi, en défendant le bilan de la fondation. "Nous essayons de faire du bon travail. Si quelque chose ne va pas dans le fait de créer des emplois et de sauver des vies, je ne sais pas ce que c’est", a-t-il répliqué au rival de son épouse. 

Toutefois, les attaques de Trump semblent avoir produit quelques effets, puisque plusieurs changements à venir dans le fonctionnement de la fondation ont d'ores-et-déjà été annoncés. La semaine dernière, l'ex-président américain avait déjà fait savoir qu'en cas de victoire de sa femme à l'élection de novembre, sa fondation n'accepterait plus de dons en provenance de l'étranger ou d'entreprises.

Batterie de réformes

Lundi dernier, Bill Clinton a annoncé une autre batterie de réformes, pour éviter tout conflit d'intérêts en cas d'élection d'Hillary Clinton à la Maison Blanche. Dans un long message envoyé aux soutiens de la fondation, l'ancien président américain a ainsi détaillé les réformes envisagées, afin d'"éliminer les inquiétudes légitimes sur de potentiels conflits d'intérêts".

Ainsi, seuls les dons provenant de citoyens américains, de résidents permanents ou de fondations américaines indépendantes seront dorénavant acceptés. La fondation sera formellement renommée "Fondation Clinton". Et Bill Clinton démissionnera du conseil d'administration.

Par ailleurs, les actions internationales de la fondation financées par des dons de gouvernements étrangers seront transférées à "d'autres organisations qui s'engageront à poursuivre ce travail".

Cible des républicains

La Fondation Clinton, créée par l'ancien président démocrate à son départ de la Maison Blanche en 2001, lève des fonds aux Etats-Unis et à l'étranger, de la part de particuliers, d'entreprises et d'Etats, pour un total de 218 millions de dollars en 2014. La fondation caritative, qui a levé quelque deux milliards de dollars depuis sa création, est assaillie de critiques des républicains qui l'accusent d'être un véhicule de trafic d'influence du couple Clinton.

Ses détracteurs affirment que lorsque Hillary Clinton était à la tête de la diplomatie, de 2009 à 2013, des donateurs étrangers, Etats, entreprises ou particuliers, contribuaient à la fondation de façon à obtenir des faveurs de la secrétaire d'Etat et de l'administration américaine.

A.S.