BFMTV

Affaire Snowden: un effet boule de neige?

Les révélations d'Edward Snowden ont permis au public et à la presse de s'intéresser de plus près au renseignement. On en sait maintenant plus sur ce monde opaque par définition.

Les révélations d'Edward Snowden ont permis au public et à la presse de s'intéresser de plus près au renseignement. On en sait maintenant plus sur ce monde opaque par définition. - -

Les révélations d'Edward Snowden ont attiré l'attention de l'opinion et des journalistes sur les pratiques des services secrets. Des révélations en avalanche permettent de prendre un peu de recul sur le pouvoir des services secrets à travers le monde.

Le scandale créé par les révélations d’Edward Snowden a permis de révéler de nombreuses informations jusqu'ici inconnues, de prendre un peu de recul sur les pouvoirs des services secrets et a entraîné quelques prises de décision de la part des autorités américaines.

> La NSA est capable de surveiller 75% de l'internet mondial

Selon le Wall Street Journal, la NSA serait en capacité de surveiller 75% du trafic internet américain. Le quotidien, qui cite d'actuels et d'anciens responsables de la NSA, assure que cette dernière a "construit un réseau de surveillance qui couvre plus de communications internet que les responsables l'avaient publiquement révélé". Car de son côté, la NSA assure n'être en mesure de porter son regard que sur 1,6% du trafic internet.

> 56.000 mails interceptés par erreur chaque année

Après la polémique causée par la révélation de Snowden, la Maison Blanche a décidé de rendre publique la décision de justice d’un tribunal américain, rendue en octobre 2011. La Foreign Intelligence Surveillance Court avait demandé à la NSA de mettre fin à un programme d’interception de communications internet sur les réseaux de fibre optique américains.

Cet outil de surveillance avait entraîné l’interception illégale et involontaire de 56.000 mails privés chaque année entre 2008 et 2011.

> Un agent du renseignement américain sur quatre est un contractuel

Edward Snowden était un employé de la firme de consultants Booz Allen Hamilton. Il avait été embauché il y a quelques mois pour travailler pour le compte de la NSA.

Le scandale provoqué par ses révélations montre à quel point le renseignement américain dépend d'entreprises privées: un travailleur sur quatre est un contractuel. Pas moins de 1.900 firmes ont fourni des analystes "ces dernières années". Certains d’entre eux sont même des "espions de terrain".

> La NSA remplacera ses informaticiens par des robots

Mais cette situation semble vouée à disparaître. Les autorités sont déterminées à ne laisser aucun autre de leurs agents livrer des informations confidentielles à la presse. Première mesure pour éloigner les employés de données sensibles: le directeur de la NSA a annoncé que 90% des informaticiens qui gèrent son système informatique seront remplacés des robots. Le but est de limiter les possibilités de fuite.

> La NSA a accès à 96,2% des téléphones mobiles dans le monde

L'emprise qu'a acquise la NSA avec Prism peut devenir vertigineuse si on l'aborde selon certains aspects. Le site Reflets.info s'est intéressé au monde de la téléphonie. Selon eux, on peut dire que, via les accords avec Apple, Google et Microsoft, les services secrets américains ont accès à la quasi-totalité des téléphones mobiles en circulation dans le monde.
Reflets.Info cite l'étude IDC qui révèle les parts mondiales en fonction des systèmes d'exploitiation. La part de marché de Google (avec Android) est de 79,2%, celle d’Apple (avec iOs) de 13,2% et celle de Microsoft (avec Windows Phone) de 3,7%. Cela veut dire que potentiellement, les données contenues dans ces smartphones sont toutes accessibles aux agents de la NSA.

Ce calcul a été confirmé par d'autres révélations du Spiegel, selon lequel... les données des smartphones Apple, Blackberry ou Androïd seraient librement accessibles à la NSA. Ces données comprennent la liste de contacts, les SMS ou encore la localisation du téléphone.

> Prism utilisé pour faire tomber le fondateur de MegaUpload?

Prism serait-il responsable de l'arrestation de Kim Dotcom, fondateur de la plate-forme de partage en ligne Megaupload? C’est en tout cas ce qu'affirme Keith NG, un journaliste néozélandais.

Selon lui, les services secrets néozélandais auraient bénéficié de l'aide de la NSA et de ce programme pour préparer l'opération qui a entraîné la fermeture du site de partage et l'arrestation de son créateur.

Maxence Kagni et Olivier Laffargue