BFMTV

Abandonnée dans un fastfood, elle retrouve sa mère via Facebook

L'avis de recherche de Katheryn Deprill sur Facebook a été partagé par près de 33.000 personnes

L'avis de recherche de Katheryn Deprill sur Facebook a été partagé par près de 33.000 personnes - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Katheryn Deprill, 28 ans, a été abandonnée bébé dans les toilettes d'un fast-food. Grâce à un avis de recherche lancé sur le réseau social, la jeune femme a pu faire la connaissance de sa mère biologique.

Elle n'avait à peine que quelques heures quand elle a été abandonnée par sa mère dans les toilettes d'un restaurant Burger King en Pennsylvanie, aux Etats-Unis. Vingt-huit ans plus tard, Katheryn Deprill lance un avis de recherche via son compte Facebook. Immense succès sur le réseau social: le statut est partagé par des milliers de personnes et permet même à la jeune femme de retrouver sa mère biologique, rapporte mercredi la chaîne de télévision américaine NBC. Récit.

Près de 33.000 partages sur Facebook

Le 2 mars, Katheryn Deprill jette une bouteille à la mer. Cette technicienne médicale mère de deux enfants poste sur son compte Facebook une photo d'elle tenant deux morceaux de papiers sur lesquels est écrit ce message: "Je recherche ma mère biologique. Elle m'a mise au monde le 15 septembre 1986. Elle m'a abandonnée dans les toilettes d'un Burger King à Allentown, en Pennsylvanie, alors que je n'avais que quelques heures. S'il vous plaît aidez-moi à la retrouver en partageant ce statut. Peut-être qu'elle le verra. Merci".

S'enclenche alors une formidable chaîne de solidarité. Son statut émeut le web et se partage près de 33.000 fois. Trois semaines plus tard, le 24 mars, la magie a opéré: Katheryn Deprill rencontre enfin sa mère dans le bureau d'un avocat. "Je suis submergée par l'émotion", confie-t-elle mardi à NBC. C'est en regardant une émission de télévision que la mère biologique de Katheryn a eu connaissance de l'avis de recherche de sa fille.

Les deux femmes ont prévu de se revoir, ajoute de son côté l'agence Associated Press. Happy end.

Mélanie Godey