BFMTV

À Charleston, Obama chante "Amazing grace" en hommage aux victimes de la tuerie

Barack Obama a rendu un vibrant hommage vendredi aux neuf victimes de la tuerie de Charleston devant plusieurs milliers de personnes.

L'émotion était immense vendredi lors de la venue de Barack Obama à Charleston, en Caroline du Sud, un peu plus d'une semaine après la tuerie dans laquelle neuf paroissiens noirs ont trouvé la mort. Le chef de l'Etat est venu rendre un dernier hommage au pasteur abattu par Dylann Roof, un suprématiste blanc.

Encore une fois, Barack Obama a prouvé sa capacité à rassembler. Devant plusieurs milliers de personnes, le président a entonné, a cappella, Amazing Grace, un célèbre chant chrétien. Il est rapidement rejoint par l'ensemble de l'assemblée.

Au cours de son hommage, le président américain, comme au lendemain de ce drame, a dénoncé le "chaos" crée par les armes à feu dans son pays. Mais face à la réticence de plusieurs Etats et au poids du lobby des armes, jamais Barack Obama n'a pu influé sur cette question. Il a pourtant appelé encore un fois à une véritable réflexion sur ce thème.

Face à ce drame sur fond de racisme, le président américain a là aussi tenté de faire bouger les ligne. Lundi au cours d'une interview à la radio, il avait prononcé pour la première fois le mot "nigger" (nègre, en français), véritable tabou dans son pays, héritage de la période esclavagiste et de la ségrégation raciale.

"Trop longtemps, nous avons ignoré le poids des injustices du passé", a insisté Barack Obama, ajoutant que trop longtemps, la douleur provoquée par le drapeau confédéré avait été ignorée. Depuis la tuerie de Charleston, de nombreuses voix se sont fait entendre pour que ce symbole du passé raciste des Etats-Unis soit retiré des façades des bâtiments officiels.

dossier :

Barack Obama

Justine Chevalier avec AFP