BFMTV

Devant le Congrès, Michael Cohen qualifie Trump de "raciste, escroc et tricheur" 

L'ancien avocat personnel et homme de confiance de Donald Trump, qui a travaillé pour lui pendant plus de dix ans, a qualifié mercredi le président américain de "raciste, d'escroc, de tricheur" lors d'une audition explosive devant le Congrès américain.

L'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, continue ce mercredi son marathon de témoignages au Congrès devant la commission du Sénat, où il sera interrogé sur les liens avec la Russie et les affaires privées du président américain.

"Je suis ici pour dire au peuple américain ce que je sais du président Trump (...) Je regrette le jour où j'ai dit oui à Mr. Trump, j'ai honte d'avoir collaboré avec lui", a martelé Michael Cohen en ouverture de son témoignage devant le Congrès, avant de qualifier le président américain de "raciste, escroc et de tricheur".

Des chèques à deux actrices porno

"En privé, il est encore pire" a lancé l'ancien avocat. "Un jour, il m'a demandé si je pouvais nommer un pays dirigé par un Noir qui n'était pas un 'pays de merde'. C'était à l'époque où Barack Obama était président des États-Unis" se souvient-il. "Et alors que nous traversions un quartier en difficulté de Chicago, il a déclaré que seuls les Noirs pouvaient vivre de cette façon. Et il m'a dit que les Noirs ne voteraient jamais pour lui parce qu'ils étaient trop stupides."

L'air sérieux, les traits tirés, l'ancien fidèle du président des États-Unis a affirmé qu'"il n'accepterait aucune excuse" de la part de Trump. Il a aussi révélé que le président Trump connaissait à l'avance les révélations de WikiLeaks sur sa rivale Hillary Clinton, et il a détaillé la manière avec laquelle il avait reçu pour instruction de mentir sur un projet immobilier en Russie en pleine campagne présidentielle de 2016.

Sans oublier les 280.000 dollars qu'il a versés lors de la campagne à deux femmes, l'ancienne actrice pornographique Stormy Daniels et la playmate Karen McDougal, pour acheter leur silence sur leurs liaisons supposées avec le milliardaire. Michael Cohen a annoncé qu'il présenterait aux parlementaires "une copie du chèque" venant, selon lui, du compte personnel de Donald Trump et que ce dernier avait signé après être devenu président, en janvier 2017, pour lui rembourser le paiement à Stormy Daniels. 

"Soupçons de collusion" entre Trump et la Russie

Sur les liens présumés du président des États-Unis avec la Russie, Michael Cohen a déclaré "ne pas savoir" si Donald Trump avait collaboré avec les russes, et n'avoir aucune preuve tangible permettant de le démontrer, si ce n'est "des soupçons".

"On s'est demandé si j'avais connaissance de preuves directes démontrant que Mr. Trump, ou son équipe de campagne, avaient comploté avec la Russie. Je n'en ai pas. Je veux être clair. Mais j'ai des soupçons", a-t-il encore déclaré.

Alors qu'une députée démocrate interroge l'ancien avocat sur la question, Michael Cohan a reconnu qu'il était possible que l'ensemble de la famille Trump ait été impliquée dans le dossier russe dans les mois qui avaient précédé l'élection de 2016. "Est-ce qu'Ivanka, Jared ou Don Jr. étaient toujours impliqués dans la rencontre à la Trump Tower?" a demandé la députée. Ce à quoi Cohen lui a répondu: "la société Trump a été impliquée dans l'accord, ce qui signifie que la famille a été impliquée dans l'accord".

Cohen a ajouté avoir connaissance d'autres actes répréhensibles ou illégaux impliquant le président américain, dont il ne pouvait pas parler car ils faisaient l'objet d'une enquête.

L'avocat de 52 ans, qui proclamait il y a encore deux ans être prêt à "prendre une balle" pour son patron, est devenu un témoin à charge contre le président après avoir accepté de coopérer avec la justice. L'ancien gardien des secrets de la famille Trump n'a apparemment rien à perdre. Il a été condamné en décembre à trois ans de prison pour fraude fiscale, parjure et infraction au code électoral. Il sera incarcéré le 6 mai.

Jeanne Bulant