BFMTV
Amérique du Nord

Colis suspects aux Etats-Unis: le chef républicain du Sénat dénonce des actes de "terrorisme intérieur"

Plusieurs colis suspects adressés à des élus démocrates et à la chaîne CNN ont été interceptés ces mardi et mercredi aux quatre coins des Etats-Unis. Les autorités évoquent "une volonté de terroriser".

Le chef républicain du Sénat américain a dénoncé ce mercredi des "actes de terrorisme intérieur" après l'envoi de colis potentiellement explosifs à des élus démocrates dont Barack Obama, Hillary Clinton ainsi qu'à la chaîne CNN. Le maire de New-York Bill de Blasio a quant à lui estimé que ces actes constituaient "une volonté de terroriser", évoquant une période "douloureuse" de l'histoire américaine. 

"Je m'élève avec tous les Américains pour condamner les tentatives d'actes de terrorisme intérieur survenues aujourd'hui", écrit Mitch McConnell dans un communiqué. 

Un peu plus tard, des chefs démocrates au Congrès ont accusé Donald Trump de "cautionner la violence" et "diviser les Américains". L'appel au rassemblement de Donald Trump sonnera "creux jusqu'à ce qu'il revienne sur ses déclarations cautionnant des actes de violence", écrivent le sénateur Chuck Schumer et Nancy Pelosi, élue à la Chambre des représentants, dans un communiqué.

"De façon répétée, le président cautionne la violence physique et divise les Américains avec ses mots et ses actes", poursuivent-ils. 

"Beaucoup de haine dans l'air"

"Nous traversons une période où les gens ressentent beaucoup de haine dans l'air", a déclaré de son côté le maire de New-York, flanqué du chef de la police new-yorkaise et du gouverneur démocrate de l'Etat de New York. "La période est très douloureuse, mais elle passera", a-t-il ajouté, en annonçant un déploiement renforcé de policiers dans la capitale financière américaine. "Les New-Yorkais ne se laisseront pas intimider et il sont déterminés à empêcher ce type d'actes" a également déclaré la police américaine. "La tentative de déstabilisation ne sera pas permise, avant de préciser qu'il s'agissait d'"un engin explosif".

Conférence de presse donnée ce mercredi au Etats-Unis.
Conférence de presse donnée ce mercredi au Etats-Unis. © -

"Nous ne tolérerons aucune tentative de terroriser"

Le chef républicain de la Chambre des représentants, troisième personnalité politique la plus puissante aux Etats-Unis, a également durement condamné l'envoi de ces colis, moins de deux semaines avant les élections parlementaires cruciales du 6 novembre.

"Nous ne tolérerons aucune tentative de terroriser des personnalités publiques", a-t-il écrit sur Twitter. "Les responsables d'actes aussi répréhensibles doivent être traduits en justice". 

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a dénoncé des "actes terrifiants" et "ignobles", dont "les responsables devront répondre de leurs actes devant la justice".

Donald Trump a retweeté un tweet du vice-président Mike Pence, dans lequel il disait "condamner les tentatives d'attaques contre l'ex-président Obama, les Clinton, CNN et les autres", soulignant que "ces actes lâches sont méprisables et n'ont pas leur place dans notre pays". "Je suis de tout coeur d'accord!" a commenté le président américain.

Ces événements créent une tension particulière alors que bat son plein la campagne pour les élections parlementaires du 6 novembre, à l'issue desquelles les démocrates espèrent reprendre le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat et paralyser la présidence de Donald Trump. Personne n'a encore revendiqué l'envoi de ces colis. 

Jeanne Bulant