BFMTV

Aux Etats-Unis, le dernier "shutdown" a provoqué un mini baby-boom

Washington a enregistré une hausse notable des naissances après le "shutdown" de 2013. Photo d'illustration

Washington a enregistré une hausse notable des naissances après le "shutdown" de 2013. Photo d'illustration - Didier Pallages / AFP

Le "shutdown" de 2013, qui avait poussé 800.000 fonctionnaires américains au chômage technique, a engendré un pic de natalité dans la ville de Washington.

Les Etats-Unis traversent depuis la semaine passée une période de turbulences avec la fermeture partielle de l'administration fédérale, faute de compromis budgétaire. Si les conséquences d'un tel "shutdown" sont inquiétantes, autant pour les fonctionnaires que pour l'économie et le tourisme du pays, cette période néfaste peut également réserver quelques surprises.

Hausse de 32,6% des naissances

Lors du dernier "shutdown" de 2013, certains des 800.000 fonctionnaires fédéraux qui se sont retrouvés au chômage technique entre le 1er et le 8 octobre ont cherché du réconfort dans les bras de leurs conjoints. Si bien que neuf mois plus tard, la ville de Washington, qui compte bon nombre de ces salariés, enregistrait une hausse de 32,6% de son taux de natalité, comme le rapportait le Washington Post à l'époque.

"C'était vraiment très stressant de ne pas savoir quand nous serions payés, mais j'ai plutôt passé du bon temps" expliquait alors une fonctionnaire victime du "shutdown" qui a donné naissance à une petite fille, au journal américain. "J'ai pu déjeuner avec d'autres fonctionnaires, sortir avec ma mère, faire du nettoyage et tout simplement me reposer".

Une relaxation qui a contribué à améliorer son humeur, et, par conséquent, à booster sa libido, révèle-t-elle. Le "shutdown" n'est par ailleurs pas le seul événement négatif à entraîner une hausse des naissances outre-Atlantique, rappelle le Washington Post. Des pics de fertilité ont également été enregistrés après l'attentat à la bombe d'Oklahoma City en 1995, ou après le passage de l'ouragan Sandy qui avait frappé la côte est du pays en 2012. 

Céline Penicaud