BFMTV

Attentat raté sur le vol Amsterdam-Detroit: l'auteur porte plainte pour mauvais traitements en prison

Photo d'illustration

Photo d'illustration - STAN HONDA / AFP

Umar Farouk Abdulmutallab, l'homme condamné à perpétuité après sa tentative d'attentat manquée l 25 décembre 2009, a déposé une plainte contre le ministère de la Justice américain.

Un Nigérian qui avait tenté de faire exploser avec ses sous-vêtements piégés un avion à destination des Etats-Unis a lancé des poursuites contre le ministère américain de la Justice pour des mauvais traitements subis selon lui en prison. 

Condamné à perpétuité pour avoir tenté de faire sauter un vol Amsterdam-Detroit le 25 décembre 2009, Umar Farouk Abdulmutallab est incarcéré dans une prison de très haute sécurité dans le Colorado. 

Forcé à manger de la nourriture non "halal"

Dans une plainte déposée mercredi, il affirme avoir été placé à l'isolement de façon indéfinie, et qu'on l'a empêché de pratiquer l'islam. Umar Farouk Abdulmutallab, âgé de 30 ans, assure en outre qu'on l'a forcé à manger de la nourriture qui n'était pas "halal", et donc contraire à sa religion. 

Quand il s'est mis en grève de la faim pour protester contre ces mauvais traitements, on l'a nourri de force, assure-t-il encore.

"Ces facteurs violent l'interdiction des châtiments cruels et exceptionnels" inscrite dans la Constitution américaine, est-il écrit dans la plainte, déposée auprès d'une cour fédérale à Denver, dans le Colorado. 

Umar Farouk Abdulmutallab avait plaidé coupable en 2012 pour cet attentat manqué planifié par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

"Eviter de devenir malade mental"

Le 25 décembre 2009, le jeune homme était parvenu à embarquer avec 76 grammes d'explosifs au départ d'Amsterdam. Les explosifs dissimulés dans ses sous-vêtements n'avaient pas détoné mais simplement pris feu. Umar Farouk Abdulmutallab avait été maîtrisé par des passagers et des membres de l'équipage juste avant l'atterrissage à Detroit, dans le nord des Etats-Unis. 

Selon sa plainte, il s'est "bien comporté" ces cinq dernière années mais continue d'être soumis aux conditions carcérales les plus dures en vigueur dans le système fédéral américain. Seuls 30 des 154.000 détenus dans les prisons fédérales seraient ainsi soumis à un tel régime.

Face à ses conditions de détentions, le détenu "lutte" continuellement, selon sa plainte, "pour éviter de devenir malade mental".

C. P. avec AFP