BFMTV

"Aidez-moi, ça n'est pas ma mère": la mauvaise blague d'une adolescente fait intervenir la police

(Photo d'illustration) Un contrôle du trafic sur une route aux Etats-Unis, en Caroline du Sud

(Photo d'illustration) Un contrôle du trafic sur une route aux Etats-Unis, en Caroline du Sud - Joe Raedle / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

En plaquant un message contre la vitre de la voiture sous-entendant qu'elle avait besoin d'aide et n'était pas avec sa mère, une adolescente a voulu faire une blague, en Californie. L'appel à l'aide a été pris au sérieux et a mobilisé un important dispositif policier pour interpeller le véhicule.

Un appel à l'aide a été pris très au sérieux sur une autoroute du nord de la Californie aux Etats-Unis, dimanche dernier, près du comté de Sacramento, et a mobilisé des officiers de police, pour ce qui s'est révélé être la mauvaise blague d'une adolescente. 

La police des autoroutes de Californie (California Highway Patrol, CHP) explique dans une publication Facebook avoir reçu un appel aux alentours de 17 heures ce jour-là, témoignant avoir vu une jeune fille assise à l'arrière d'un véhicule et tenant une pancarte disant "Aidez-moi, ce n'est pas ma mère! A l'aide!" contre la vitre. 

Faux appel à l'aide

Un important dispositif de police a immédiatement été déployé, dont deux officiers de police à moto, une unité d'intervention, et une équipe de la brigade canine. La police a immobilisé le véhicule 30 kilomètres environ après le lieu où la voiture a été signalée, grâce à un "arrêt à haut risque" devant le véhicule, qui s'est immédiatement arrêté.

Les policiers ont rapidement découvert que l'appel à l'aide était faux. L'adolescente avait voulu faire une blague, et sa mère n'était pas au courant. La mère et sa fille ont pu repartir après l'interpellation.

Dans sa publication Facebook, la police des autoroutes de Californie rappelle que "les parents doivent être au courant à tout moment de ce que leurs enfants font à l'arrière", insistant sur le fait que les unités ont été mobilisées pour cet appel au lieu d'intervenir sur de vrais appels à l'aide.

Julia Galan