BFMTV

Cuba ouvre des "salles de navigation" sur Internet

Des connexions à domicile existent mais restent rarissimes

Des connexions à domicile existent mais restent rarissimes - -

Les Cubains sont autorisés depuis mardi à accéder à Internet sans restriction via des "salles de navigation" ouvertes par les autorités.

Fait historique, les Cubains peuvent désormais fréquenter les 118 nouvelles "salles de navigation" ouvertes par le gouvernement, et ainsi avoir accès aux réseaux sociaux ou encore à la presse étrangère, totalement absente de l’île.

Les hôtels, seul accès public à Internet

Depuis vingt ans, l'accès à internet était réservé à un "usage social": dans les universités, dans le secteur de la santé ou les administrations. Certes, des connexions chez les particuliers existent mais elles sont restreintes à de rares professions, comme les médecins, les journalistes et des scientifiques, tous triés sur le volet.

Jusqu’à présent, le seul moyen de contourner cette censure était de se rendre dans les grands hôtels, dont la connexion peut atteindre les 10 dollars de l’heure. C'est le cas de Yoani Sánchez, la célèbre blogueuse dissidente, qui recommande par ailleurs de bien lire les termes du contrat de la connexion en salle.

La noticia de "ampliación del acceso a #Internet" en #Cuba recomiendo leerla con todos sus detalles para no pecar de demasiado triunfalistas
— Yoani Sánchez (@yoanisanchez) 28 mai 2013

Une connexion hors de prix

Il est indéniable que l'ouverture de ces salles représente un progrès notable dans le développement de Cuba, mais son accès reste toutefois destiné à des privilégiés. En effet, une heure de connexion revient à 4,5 dollars, soit environ l'équivalent d'un quart du salaire moyen d’un Cubain, comme le rappelle Yoani Sánchez, dans un tweet. Le tout pour un débit d’environ 2 mégabits, contre une moyenne de 5,6 en France.

Se abren 118 salas de acceso a #Internet pero costo de 1 hora es 4,50 pesos convertibles CUC en un país con salario mensual promedio 20 CUC
— Yoani Sánchez (@yoanisanchez) 28 mai 2013

Internet à domicile pas au programme

Alors, quid de la connexion à domicile? Selon le ministère des Communications, "il est prévu que les Cubains puissent avoir une connexion chez eux, mais la priorité initiale, dans les circonstances actuelles, va aux points d'accès collectifs, afin de toucher le plus grand nombre de personnes avec le moins d'investissement possible".

Faire de ces "points d’accès collectifs" une priorité au détriment d'une connexion particulière permet également au régime de Raul Castro de continuer à exercer une forme de contrôle. "Si la commercialisation des services Internet à destination des particuliers (passait) par le secteur privé. Cette configuration échapperait à leur surveillance", en déduit RFI. Du côté du gouvernement, on assure que ce sont pour des raisons "technologiques et financières" que l'accès au web reste bridé.

Quoiqu'il en soit,"il faut occuper ces petits espaces de liberté", conseille vivement l'opposante Yoani Sánchez.

Mélanie Godey