BFMTV

Air Cocaïne: Christophe Naudin placé en détention provisoire pendant 3 mois

Christophe Naudin a été extradé en République dominicaine depuis l'Egypte.

Christophe Naudin a été extradé en République dominicaine depuis l'Egypte. - Erika Santelices - AFP

Le Français, extradé depuis l'Egypte où il a été interpellé, passera une nouvelle fois devant la justice dominicaine le 2 juin prochain.

Un dossier "complexe" comme l'avait décrit le procureur de Saint-Domingue. Un tribunal de République dominicaine a décidé de placer Christophe Naudin en détention provisoire pendant trois mois, comme l'indique la presse locale. Le Français avait été extradé depuis l'Egypte où il a été interpellé au début du mois de février. 

Le juge a pris en compte l'argument avancé par le procureur qui insistait sur le risque réel de fuite du Français. Christophe Naudin, impliqué dans l'exfiltration des deux pilotes français condamnés en République dominicaine dans l'affaire dite Air Cocaïne, va rester incarcéré à la prison de Najayo. Une nouvelle audience aura lieu le 2 juin.

Risques de fuite

Lors de l'audience qui a duré plus de six heures, le procureur adjoint avait requis un an de détention provisoire à l'encontre de Christophe Naudin en attente de son procès. "Nous demandons la détention provisoire pour une durée d'un an", avait requis le procureur Milciades Guzman lors de la première partie de cette audience qui doit fixer les éventuelles mesures préventives pour Christophe Naudin, 52 ans, allant de la liberté conditionnelle à la détention provisoire, dans l'attente de son procès.

Cette audience a aussi été l'occasion pour le Français de s'exprimer devant la justice dominicaine. Il a principalement raconté, en français traduit au tribunal, ses conditions de détention en Egypte puis à Saint-Domingue. Il a assuré que sa cellule en République dominicaine ressemble à "un hôtel 3 étoiles" comparée à ce qu'il a connu au Caire.

Selon le procureur, il s'agit d'un dossier "complexe" et il existe des risques de fuite de l'accusé. "Il n'y a pas le moindre risque de fuite", a pourtant assuré, dans des déclarations rapportées par les médias locaux, l'ambassadeur de France en République dominicaine, José Gomez. L'avocat du Français, Miguel Valerio, a demandé la remise en liberté de son client et l'abandon des charges pesant contre lui pour violation supposée de la Convention de Palerme des Nations unies sur le crime transnational.

Justine Chevalier avec AFP