BFMTV

Algérie : une centaine d'otages étrangers libérés, une douzaine décédés

L'assaut de l'armée algérienne contre les preneurs d'otages islamistes se poursuivaient, vendredi, dans le complexe gazier d'In Amenas.

L'assaut de l'armée algérienne contre les preneurs d'otages islamistes se poursuivaient, vendredi, dans le complexe gazier d'In Amenas. - -

Deux jours après le début de la pris d'otages dans le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, l’assaut de l'armée algérienne s'est poursuivi toute la journée ce vendredi. Il ne resterait plus que quelques jihadistes retranchés. Retrouvez ici toutes les informations de la journée.

L'assaut lancé jeudi matin par les Forces spéciales algériennes contre le complexe gazier d'In Amenas, à l'est du pays, où des islamistes ont pris mercredi en otages une quarantaine d'occidentaux, s'est poursuivi ce vendredi. Les informations étaient encore confuses concernant le nombre d'otages et de morts. Selon une source algérienne, 12 otages auraient péri dans l'assaut. Une autre source faisait état de trente morts chez les otages, dont au moins sept ressortissants étrangers parmi lesquels un Français. Manuel Valls a laissé entendre ce vendredi matin qu'au moins deux français avaient échappé aux djihadistes. Un autre Français, qui faisait lui partie des preneurs d'otages, a été tué dans l'assaut. Il ne restait, vendredi soir, qu'une poignée de jihadistes encore vivants sur le site.
Retrouvez ci-dessous toutes les informations de ce deuxième jour d'assaut.

19h50 : L'ex-otage français Alexandre Berceaux, libéré par l'armée algérienne après 40 heures de détention sur un site gazier par un groupe islamiste, va rentrer dans la soirée en France, déclare son père. « Il est fatigué, en état de choc », dit-il.

19h30 : « En plus des 18 terroristes mis hors d'état de nuire, 12 employés algériens et étrangers ont péri » depuis le début de l'assaut de l'armée algérienne, selon un nouveau bilan de l'agence Algérie Presse Service. La nationalité des étrangers décédés n'a pas été précisée.

18h40 : « Washington ne négociera pas avec des terroristes », déclare Victoria Nuland, la porte-parole du département d'Etat américain, en réponse à la proposition des jihadistes d'un échange entre les otages américains et des islamistes emprisonnés aux Etats-Unis.

17h45 : L'armée algérienne concentre ses forces sur la salle des machines du complexe, dans lequel se seraient retranchés une dizaine de jihadistes, selon des informations de la correspondante de France 24. C'est notamment en raison de leur menace de « tout faire sauter » que les installations gazières d'In Amenas ont été fermées.

17h09 : Il resterait une trentaine d'otages étrangers. Leur sort reste incertain compte tenu de la situation changeante, s'inquiète la sécurité algérienne.

17h04 : Une centaine sur les 132 ressortissants étrangers pris en otages ont été libérés, selon la sécurité algérienne.

16h35 : La Libye annonce qu'elle renforce la sécurité sur ses gisements d'hydrocarbures. C'est de Libye que viendraient les preneurs d'otages, selon certaines sources.

16h : Paris est très inquiète du sort d'un Français d'une cinquantaine d'années dont on est sans nouvelles. Il serait originaire du Pays-Basque et travaillait à la sécurité du site, selon des informations de BFMTV.

15h50 : 18 terroristes, sur la trentaine qui composent le commando preneur d'otages, ont été tués jeudi au 1er jour de l'assaut, selon une source sécuritaire algérienne.

15h21 : Une soixantaine d'étrangers encore rentenus en otages ou manquant, selon une source algérienne citée par Reuters.

15h04 : Les ravisseurs jihadistes proposent d'échanger leurs otages américains contre 2 militants islamistes emprisonnés aux Etats-Unis, rapporte l'agence de presse mauritanienne Ani. Il s'agit de la pakistanaise Aafia Siddiqui, emprisonnée pour tentative de meurtre contre des soldats américains en Afghanistan, et du Cheikh égyptien Omar Abdelrahman, chef spirituel de la Jamaa islamiya égyptienne détenu pour terrorisme.

14h42 : On apprend que les installations gazières d'In Amenas ont été fermées pour éviter tout risque d'explosion.

14h30 : Près de 650 otages ont été libérées, dont 573 Algériens et « plus de la moitié des 132 otages de nationalité étrangère », rapporte l'agence de presse APS en donnant un bilan provisoire établi en fin de matinée.

14h17 : La moitié des 132 otages étrangers sont libres, annonce une source militaire algérienne.

14h05 : Une trentaine de terroristes de diverses nationalités composent le commando preneur d'otages, rapporte l'agence de presse officielle APS se référant à une source sécuritaire.

13h03 : Les preneurs d'otages représentent toujours une menace sur une partie du site d'In Amenas, annonce David Cameron. « Nous sommes toujours confrontés à une situation mouvante et dangereuse dans laquelle une partie des terroristes a été éliminée dans un secteur du site, mais certains représentent toujours une menace dans une autre zone », déclare le 1er ministre britannique.

12h50 : Une source gouvernementale française révèle que la France n'a pas été prevenue au préalable par Alger de l'opération des forces de sécurité algériennes sur le site.

12h36 : « Les terroristes doivent savoir qu'ils ne trouveront ni sanctuaire, ni refuge en Algérie, en Afrique du Nord ou ailleurs », déclare le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta. « Ceux qui s'attaquent gratuitement à notre pays et à notre peuple n'auront nulle part où se cacher », ajoute-t-il.

12h19 : Jean-Marc Ayrault confirme le décès de « plusieurs otages », dont le « nombre » et la « nationalité » ne sont pas encore connus. « Je viens de m'entretenir avec le Premier ministre algérien qui m'a confirmé que l'opération se poursuit », ajoute-t-il.

11h49 : Le parquet de Paris annonce l'ouverture d'une enquête sur la prise d'otages, pour « enlèvement suivi de mort en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs en vue de préparer un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personnes ».

10h59 : Les preneurs d'otages d'In Amenas promettent d'autres actions. Les terroristes demandent à la population algérienne de se tenir « à l'écart des lieux d'implantation des compagnies étrangères car nous surgirons où personne ne s'y attendrait », assure un porte-parole du groupe terroriste cité par l'agence de presse mauritanienne Ani.

8h10 : Au moins 2 Français ont réussi à échapper aux djihadistes, annonce Manuel Valls. « Il y avait très peu de français sur cette base », précise le ministre de l’Intérieur.

Jeudi, à 22h18 : 30 otages, dont au moins 7 étrangers parmi lesquels 1 Français, ont été tués jeudi dans l'assaut des Forces spéciales algérienne, selon une source de sécurité algérienne.

Philippe Gril avec agences