BFMTV

Tunisie: l'assassin présumé du député Mohamed Brahmi arrêté

Le député de l'opposition Mohamed Brahmi, ici en octobre 2012 au sein de l'Assemblée constituante, à Tunis, a été assassiné le 25 juillet 2013.

Le député de l'opposition Mohamed Brahmi, ici en octobre 2012 au sein de l'Assemblée constituante, à Tunis, a été assassiné le 25 juillet 2013. - -

Quelques jours après la mort de l'assassin présumé de l'opposant Chokri Belaïd, l'un des suspects dans l'assassinat du député de l'opposition Mohamed Brahmi a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche, dans la région de Tunis.

L'un des suspects dans l'assassinat du député d'opposition tunisien Mohamed Brahmi en juillet dernier a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche près de Tunis lors d'une opération antiterroriste, a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Pas de détails sur l'identité des autres suspects

"Les forces de sécurité tunisiennes ont encerclé une maison de l'Ariana où était retranché un groupe terroriste. Après un échange de tirs nourris, quatre éléments, dont l'un est dans un état très critique, ont été arrêtés", a déclaré Mohamed Ali Aroui. "Parmi eux figure Hmed el-Melki, alias 'Somali' [le Somalien, NDLR], l'un des éléments impliqués dans l'assassinat du martyr Mohamed Brahmi", a-t-il ajouté, en précisant que l'homme était un voisin du député.

"Le ministère de l'Intérieur souligne qu'il s'agit d'une opération réussie", a-t-il poursuivi, sans donner de détails sur l'identité des autres suspects.

Cette annonce intervient après celle, mardi, de la mort de l'assassin présumé d'un autre opposant, l'avocat et militant de gauche Chokri Belaïd, également lors d'une opération antiterroriste. Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi avaient tous deux été assassinés par balles devant leur domicile, respectivement le 6 février et le 25 juillet 2013.

Ces meurtres ont été attribués par les autorités à Ansar Asharia, un groupe jihadiste accusé d'être lié à Al-Qaïda, mais ce dernier ne les a jamais revendiqués, pas plus qu'aucune autre attaque armée.

A.S. avec AFP