BFMTV

Soupçons de pédophilie au Burkina Faso: les militaires français auraient filmé la scène

Les deux soldats français suspendus mardi soir pour des faits de pédophilie commis sur des fillettes mineures, au Burkina Faso, auraient filmé leurs actes, à l'aide d'une caméra Go-Pro.

Les deux militaires français suspendus mardi après des soupçons d'actes pédophiles sur des fillettes mineures, au Burkina Faso, sont-ils allés jusqu'à filmer l'agression? Selon RTL, des images de la scène auraient en effet été capturées par une caméra. Ce sont d'ailleurs ces mêmes images qui auraient trahi les deux soldats, et mené à leur suspension par le ministère de la Défense.

La scène filmée avec une caméra Go-Pro

Les faits remonteraient à dimanche dernier, et se seraient produits dans la piscine d'un grand hôtel de Ouagadougou, la capitale burkinabée. Les deux soldats, âgés de 36 et 38 ans selon le Parisien, des caporaux-chefs membres des forces spéciales françaises présentes au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane, auraient commis des attouchements sur deux petites filles de 3 et 5 ans, franco-burkinabées, qui se baignaient dans la piscine de l'hôtel.

Les deux hommes auraient filmé la scène, avec une caméra Go-Pro, capable d'aller sous l'eau. "Il y a un soldat qui a filmé la scène avec une caméra quand le second effectuait les attouchements", a indiqué un haut responsable de la gendarmerie burkinabée, cité par l'AFP.

Le père "abasourdi"

L'une des victimes est "une mineure de 5 ans environ dont le père est burkinabé et la mère française", a poursuivi le gendarme, ajoutant que "les deux soldats sont des amis de la famille", chez qui ils ont "oublié la caméra" grâce à laquelle ils avaient auparavant enregistré leurs méfaits.

Le père de la fillette, après avoir visionné les images, a porté plainte à l'ambassade de France à Ouagadougou, qui a à son tour saisi la gendarmerie burkinabée. "Il s'st abasourdi" sur BFMTV. 

Réaction immédiate de la Défense

Rapidement informé des faits, le ministère de la Défense a immédiatement suspendu les deux soldats. "Une enquête de commandement a été déclenchée par le chef d'état-major des armées", le général Pierre de Villiers, a annoncé le ministère français. "Si les faits étaient avérés, l'armée se montrerait implacable à l'égard des deux personnes concernées", a souligné le ministère. Le parquet de Paris a ouvert dans la foulée, dès mardi soir, une enquête préliminaire pour agressions sexuelles sur mineurs. 

La rapidité avec laquelle le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a réagi à cette affaire tranche avec la prudence observée lors du précédent scandale de même nature, en Centrafrique, qui a écorné l'image de l'armée française. Jean-Yves Le Drian, informé dès juillet 2014 par les Nations Unies d'accusations d'abus sexuels sur des enfants en Centrafrique, avait alors saisi la justice française et lancé une enquête interne, comme au Burkina Faso, mais n'avait pas dévoilé l'affaire, ce qui lui fut reproché lorsque le scandale éclata au grand jour fin avril. 

Adrienne Sigel, avec AFP