BFMTV

Soudan du Sud: 9.000 enfants combattent dans les forces des deux camps

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay - -

L'ONU ne permettra pas qu'un génocide comme celui perpétré en 1994 au Rwanda se répète au Soudan du Sud, ravagé par un conflit accompagné de massacres ethniques.

Plus de 9.000 enfants combattent au sein des forces des deux camps qui s'affrontent depuis mi-décembre au Soudan du Sud, a déclaré mercredi à Juba la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay, dénonçant des faits constitutifs de crimes de guerre.

Par ailleurs, selon Navi Pillay, 32 écoles sont aux mains des troupes de deux camps, une vingtaine de centres de soins ont été attaqués, de nombreuses femmes et filles ont été violées ou enlevées et des enfants sont morts dans des tueries de civils commises tant par l'armée, loyale au président Salva Kiir, que par les forces fidèles à l'ancien vice-président Riek Machar.

Un appel à la communauté internationale

L'ONU ne permettra pas qu'un génocide comme celui perpétré en 1994 au Rwanda se répète au Soudan du Sud, ravagé par un conflit accompagné de massacres ethniques, a affirmé mercredi à Juba le conseiller spécial de l'ONU pour la prévention du génocide.

"La communauté internationale doit faire pression sur les dirigeants politiques du pays, pour qu'ils cessent d'entraîner aveuglément leur peuple sur le chemin de l'autodestruction", a déclaré Navi Pillay, critiquant sévèrement les responsables des deux camps.

Elle a précisé que des enquêtes en cours détermineraient "ce que les chefs politiques et militaires (des deux camps) savaient, auraient dû savoir, ou les mesures (...) qu'ils n'ont pas prises pour empêcher des crimes de guerre ou contre l'humanité" au Soudan du Sud.

D. N. avec AFP