BFMTV

Quatre Casques bleus malawites tués en République démocratique du Congo

Un Casque bleu en République démocratique du Congo, image d'illustration.

Un Casque bleu en République démocratique du Congo, image d'illustration. - JOHN WESSELS / AFP

Jeudi quatre Casques bleus malawites ont été tués en République démocratique du Congo.

Quatre Casques bleus malawites ont été tués en République démocratique du Congo, ont annoncé jeudi les forces armées du Malawi, au moment où l'ONU et des militaires congolais mènent une offensive conjointe dans l'est de la RDC contre des rebelles. 

"Les forces de défense du Malawi ont le regret d'annoncer la mort de quatre soldats qui ont été tués le 14 novembre 2018 alors qu'ils servaient en RDC", a indiqué l'armée malawite dans un communiqué.  Les forces de sécurité du Malawi "ont perdu des soldats courageux, travailleurs et disciplinés qui étaient toujours prêts à servir pour s'assurer que la paix prévale dans leur pays et à l'étranger", selon la même source.

Opération près de Beni

L'armée du Malawi n'a pas donné de précision sur le lieu du drame, mais les Casques bleus mènent depuis mardi, conjointement avec les militaires congolais, une opération contre des rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), qui sèment la terreur près de Beni.

Plus tôt jeudi, le numéro 2 de la force de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), le général Bernard Commins, avait annoncé que plusieurs militaires congolais et des Casques bleus avaient été blessés pendant cette offensive.

Il s'était refusé à préciser s'il y avait des morts.

Rebelles musulmans ougandais 

Les ADF sont historiquement un groupe de rebelles musulmans de l'Ouganda voisin qui s'est replié à la fin des années 90 dans l'est de la RDC pour poursuivre son combat contre le président Yoweri Museveni.

Depuis fin 2014, ces rebelles sont tenus responsables du massacres de plusieurs centaines de civils et de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre dernier dans la région de Beni.

Sans rien revendiquer, les ADF repliés dans la jungle ont resserré depuis septembre l'étau sur Beni avec plusieurs tueries dans les faubourgs de la ville, alors que la RDC organise le 23 décembre des élections générales à haut risque.

B.L. avec AFP