BFMTV

Libye: Daesh revendique un attentat dans une petite ville pétrolière

Le groupe Daesh a revendiqué l'attentat suicide qui a tué jeudi six personnes, dont un bébé, à un point de contrôle à l'entrée de la ville pétrolière de Ras Lanouf, dans l'est de la Libye - Vendredi 8 janvier 2016

Le groupe Daesh a revendiqué l'attentat suicide qui a tué jeudi six personnes, dont un bébé, à un point de contrôle à l'entrée de la ville pétrolière de Ras Lanouf, dans l'est de la Libye - Vendredi 8 janvier 2016 - AFP

Daesh en marche vers le croissant pétrolier libyen. Le groupe jihadiste a revendiqué un nouvel attentat suicide faisant 6 victimes à l'entrée de la ville pétrolière de Ras Lanouf à l'est du pays.

Le groupe Daesh a revendiqué l'attentat suicide qui a tué jeudi six personnes, dont un bébé, à un point de contrôle à l'entrée de la ville pétrolière de Ras Lanouf, dans l'est de la Libye. Le groupe radical sunnite a précisé, dans un communiqué, que l'attaque avait été perpétrée par un combattant étranger à l'aide d'un véhicule piégé.

Une attaque simultanée à un autre attentat

Cet attentat a eu lieu quelques heures après une autre attaque ayant tué plus de 50 personnes dans un centre de la police à Zliten, à 170 km à l'est de Tripoli. Cette attaque n'a pas été officiellement revendiquée. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier depuis la révolte qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi en 2011. La Libye est depuis morcelée et sous la coupe de milices formées d'ex-rebelles. Daesh qui combat les forces des deux autorités rivales, contrôle la ville de Syrte (450 km à l'est de Tripoli) et cherche à élargir son contrôle à d'autres régions. Il a mené en début de semaine des attaques visant les installations pétrolières, notamment à Ras Lanouf, entraînant des combats avec les gardes de ces sites.

Réagir face à la progression de Daesh en Libye

L'émissaire spécial de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, a condamné l'attentat de Zliten et appelé "tous les Libyens à s'unir de manière urgente pour combattre le terrorisme". La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini devait s'entretenir vendredi à Tunis avec de hauts responsables libyens de la mise en oeuvre de l'accord sur un gouvernemental d'union nationale conclu en décembre sous l'égide de l'ONU.

A.-F. L. avec AFP